CHE_1/CHE30
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
IDYLLES
IV
Fragment
Un jeune homme dira :
         J'étais un faible enfant qu'elle était grande et belle ; 12
         Elle me souriait et m'appelait près d'elle. 12
         Debout sur ses genoux, mon innocente main 12
         Parcourait ses cheveux, son visage, son sein, 12
5 Et sa main quelquefois, aimable et caressante, 12
         Feignait de châtier mon enfance imprudente. 12
         C'est devant ses amants, auprès d'elle confus, 12
         Que la fière beauté me caressait le plus. 12
         Que de fois (mais, hélas ! que sent-on à cet âge ?) 12
10 Les baisers de sa bouche ont pressé mon visage ! 12
         Et les bergers disaient, me voyant triomphant : 12
         « Oh ! que de biens perdus ! O trop heureux enfant ! » 12
Plusieurs jeunes filles entourent un petit enfant… le cares- sent… — On dit que tu as fait une chanson pour Pannychis, ta cou- sine ?… — Oui, je l'aime, Pannychis… elle est belle. Elle a cinq ans comme moi… Nous avons arrondi en berceau ces buissons de roses… nous nous promenons sous cet ombrage… on ne peut nous y troubler, car il est trop bas pour qu'on y puisse entrer. Je lui ai donné une statue de Vénus que mon père m'a faite avec du buis. Elle l'appelle sa fille, elle la couche sur des feuilles de rose dans une écorce de grenade… Tous les amants font toujours des chansons pour leur bergère… Et moi aussi, j'en ai fait une pour elle… — Eh bien, chante-nous ta chanson et nous te donnerons des… et des figues mielleuses… — Donnez-les-moi d'abord et puis je vais chanter… Il tend ses deux mains… on lui donne… et puis, d'une voix claire et douce, il se mit à chanter :
         « Ma belle Pannychis, il faut bien que tu m'aimes : 12
         Nous avons même toit, nos âges sont les mêmes. 12
15 Vois comme je suis grand, vois comme je suis beau. 12
         Hier je me suis mis auprès de mon chevreau : 12
         Par Pollux et Minerve ! il ne pouvait qu'à peine 12
         Faire arriver sa tête au niveau de la mienne. 12
         D'une coque de noix, j'ai fait un abri sûr 12
20 Pour un beau scarabée étincelant d'azur ; 12
         Il couche sur la laine, et je te le destine. 12
         Ce matin, j'ai trouvé parmi l'algue marine 12
         Une vaste coquille aux brillantes couleurs : 12
         Nous l'emplirons de terre, il y viendra des fleurs. 12
25 Je veux, pour te montrer une flotte nombreuse, 12
         Lancer sur notre étang des écorces d'yeuse. 12
         Le chien de la maison est si doux ! chaque soir, 12
         Mollement sur son dos je veux te faire asseoir ; 12
         Et, marchant devant toi jusques à notre asile, 12
30 Je guiderai les pas de ce coursier docile. » 12
Il s'en va bien baisé, bien caressé… Les jeunes beautés le suivent de loin. Arrivées aux rosiers, elles regardent par-dessus le berceau, sous lequel elles les voient occupés à former avec des buissons de myrtes et de roses un temple de verdure autour d'un petit autel pour leur statue de Vénus, elles rient. Ils lèvent la tète, les votent et leur disent de s'en aller. On les embrasse… Et s'en allant, la jeune Myro dit : … ô heureux âge… mes com- pagnes, venez voir aussi chez moi les monuments de notre enfance… j'ai entouré d'une haie, pour le conserver, le jardin que j'avais alors… une chèvre l'aurait brouté tout entier en une heure… C'est là que je vivais avec… là, il m'appelait déjà sa femme et je l'appelais mon époux… nous n'étions pas plus hauts que telle plante… nous nous serions perdus dans une forêt de Urym… vous y verrez encore le romarin, et… s'élever en berceau comme des cyprès autour du tombeau de marbre où sont écrits les vers d'Anyté… Mon bien-aimé m'avait donné une cigale et une sau- terelle. Elles moururent, je leur élevai ce tombeau parmi le romarin et… j'étais en pleurs… La belle Anyté passa, sa lyre à la main… — Qu'as-tu ? me demanda-t-elle. — Ma cigale et ma sauterelle sont mortes… — Ah ! me dit-elle, nous devons tous mourir (cinq ou six vers de morale)… Puis elle écrivit sur la pierre (l'épigramme d'Anyté).
         « O sauterelle, à toi, rossignol des fougères, 12
         A toi, verte cigale, amante des bruyères, 12
         Myro de cette tombe élève les honneurs, 12
         Et sa joue enfantine est humide de pleurs ; 12
35 Car l'avare Achéron, les sœurs impitoyables, 12
         Ont ravi de ses jeux ces compagnes aimables. » 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie