CHE_1/CHE33
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
IDYLLES
VII
         … Vous savez ou bien venez apprendre
         .............................................................................
         Quels doux larcins, d'Hercule insidieux rivaux, 12
         Du jeune et bel Hylas firent un dieu des eaux. 12
5 Le navire, éloquent fils des bois du Pénée, 12
         Qui portait à Colchos la Grèce fortunée, 12
         Craignant près de l'Euxin les menaces du Nord, 12
         S'arrête, et se confie au doux calme d'un port. 12
         Aux regards des héros le rivage est tranquille ; 12
10 Ils descendent. Hylas prend un vase d'argile, 12
         Et va, pour leurs banquets sur l'herbe préparés, 12
         Chercher une onde pure en ces bords ignorés. 12
         Reines, au sein d'un bois, d'une source prochaine, 12
         Trois naïades l'ont vu s'avancer dans la plaine. 12
15 Elles ont vu ce front de jeunesse éclatant, 12
         Cette bouche, ces yeux. Et leur onde à l'instant 12
         Plus limpide, plus belle, un plus léger zéphire, 12
         Un murmure plus doux l'avertit et soupire : 12
         Il accourt. Devant lui l'herbe jette des fleurs ; 12
20 Sa main errante suit l'éclat, de leurs couleurs ; 12
         Elle oublie, à les voir, l'emploi qui la demande, 12
         Et s'égare à cueillir une belle guirlande. 12
         Mais l'onde encor soupire et sait le rappeler. 12
         Sur l'immobile arène il l'admire couler, 12
25 Se courbe, et, s'appuyant à la rive penchante, 12
         Dans le cristal sonnant plonge l'urne pesante. 12
         De leurs roseaux touffus les trois nymphes, soudain 12
         Volent, fendent leurs eaux, l'entraînent par la main 12
         En un lit de joncs frais et de mousses nouvelles. 12
30 Sur leurs seins, dans leurs bras, assis au milieu d'elles, 12
         Leur bouche, en mots mielleux où l'amour est vanté, 12
         Le rassure et le loue et flatte sa beauté. 12
         Leurs mains vont caressant sur sa joue enfantine 12
         De la jeunesse en fleur la première étamine, 12
35 Ou sèchent en riant quelques pleurs gracieux 12
         Dont la frayeur subite avait rempli ses yeux. 12
         « Quand ces trois corps d'albâtre atteignaient le rivage, 12
         D'abord j'ai cru, dit-il, que c'était mon image 12
         Qui, de cent flots brisés prompte à suivre la loi, 12
40 Ondoyante, volait et s'élançait vers moi, » 12
         Mais Alcide inquiet, que presse un noir augure, 12
         Va, vient, le cherche, crie auprès de l'onde pure : 12
         « Hylas ! Hylas ! » Il crie et mille et mille fois. 12
         Le jeune enfant de loin croit entendre sa voix, 12
45 Et du fond des roseaux, pour le tirer de peine, 12
         Lui répond une voix non entendue et vaine. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie