CHE_1/CHE4
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
POÉSIES ANTIQUES ‒ ÉTUDES
IV
Sur un groupe de Jupiter et d'Europe
         Étranger, ce taureau, qu'au sein des mers profondes 12
         D'un pied léger et sûr tu vois fendre les ondes, 12
         Est le seul que jamais Amphitrite ait porté. 12
         Il nage aux bords Crétois. Une jeune beauté, 12
5 Dont le vent fait voler l'écharpe obéissante, 12
         Sur ses flancs est assise, et d'une main tremblante 12
         Tient sa corne d'ivoire, et, les pleurs dans les yeux, 12
         Appelle ses parents, ses compagnes, ses jeux ; 12
         Et, redoutant la vague et ses assauts humides, 12
10 Retire et veut sous soi cacher ses pieds timides. 12
         L'art a rendu l'airain fluide et frémissant. 12
         On croit le voir flotter. Ce nageur mugissant, 12
         Ce taureau, c'est un dieu ; c'est Jupiter lui-même. 12
         Dans ses traits déguisés, du monarque suprême 12
15 Tu reconnais encore et la foudre et les traits. 12
         Sidon l'a vu descendre au bord de ses guérets, 12
         Sous ce front emprunté voilant ses artifices, 12
         Brillant objet des vœux de toutes les génisses. 12
         La vierge tyrienne, Europe, son amour, 12
20 Imprudente, le flatte ; il la flatte à son tour ; 12
         Et, se fiant à lui, la belle désirée 12
         Ose asseoir sur son flanc cette charge adorée. 12
         Il s'est lancé dans l'onde ; et le divin nageur, 12
         Le taureau, roi des dieux, l'humide voyageur, 12
25 A déjà passé Chypre et ses rives fertiles, 12
         Et s'approche de Crète, et va voir les cent villes. 12
         Telle éclate Vénus au milieu des trois sœurs. 12
         Mais son sort n'était pas de n'aimer que les fleurs, 12
         Et de garder toujours sa pudique ceinture. 12
30 Le roi des dieux l'a vue. Une active blessure 12
         Le dévore, dompté sous l'arc insidieux 12
         Du dieu qui peut dompter même le roi des dieux. 12
         Mais, voulant la séduire, et de sa fière épouse 12
         Éviter, cependant, la colère jalouse, 12
35 Il sut cacher le dieu sous le front d'un taureau 12
         Non ressemblant à ceux qui, sous un lourd fardeau, 12
         Rampent, traînant d'un char les axes difficiles, 12
         Ou préparent la terre à des moissons fertiles. 12
         Sur tout son corps s'étend un blond et pur éclat, 12
40 Une étoile d'argent sur son front délicat 12
         Luit. D'amour, dans ses yeux, brille la flamme ardente ; 12
         Un double ivoire enfin sur sa tête élégante 12
         Se recourbe ; la nuit tel est le beau croissant 12
         Que Phœbé, dans les deux, allume en renaissant. 12
45 Il va sur la prairie. et de frayeur atteinte 12
         Nulle vierge ne fuit. Elles courent, sans crainte, 12
         Vers l'animal paisible, et qui, plus que les fleurs, 12
         De l'ambroisie au loin exhale les odeurs. 12
         Il s'avance à pas lents trouver la jeune reine. 12
50 Sur ses pieds délicats sa langue se promène. 12
         Europe, de sa bouche, en le voyant si beau, 12
         Vient essuyer l'écume, et baise le taureau. 12
         Il mugit doucement ; la flûte de Lydie 12
         Chante une moins suave et tendre mélodie. 12
55 Il s'incline à ses pieds, tient sur elle les yeux, 12
         Lui montre la beauté de son flanc spacieux. 12
         Soudain : « Venez, venez, ô mes chères compagnes, 12
         Dit-elle ; de nos jeux égayons ces campagnes. 12
         Sur ce taureau si doux nous allons nous asseoir ; 12
60 Son large dos pourra toutes nous recevoir, 12
         Toutes nous emporter comme un vaste navire. 12
         C'est un esprit humain qui sans doute l'inspire. 12
         Nul autre ne s'est vu qui pût lui ressembler. 12
         Il lui manque une voix : il voudrait nous parler. » 12
65 Elle dit et s'assied. La troupe à l'instant même 12
         Vient ; mais, se relevant sous le fardeau qu'il aime, 12
         Le dieu fuit vers la mer. L'imprudente soudain 12
         Les appelle à grands cris, pleure, leur tend la main : 12
         Elles courent ; mais lui, qui de loin les devance, 12
70 Comme un léger dauphin dans les ondes s'élance. 12
         En foule, sur les flancs de leurs monstres nageurs, 12
         Les filles de Nérée autour des voyageurs 12
         Sortent. Le roi des eaux, calmant la vague amère, 12
         Fraye, agile pilote, une voie à son frère ; 12
75 D'hyménée, auprès d'eux, les humides Tritons 12
         Sur leurs conques d'azur répètent les chansons. 12
         Sur le front du taureau la belle, palpitante, 12
         S'appuie, et l'autre main tient sa robe flottante 12
         Qu'à bonds impétueux souillerait l'eau des mers. 12
80 Autour d'elle son voile épandu dans les airs, 12
         Comme le lin qui pousse une nef passagère, 12
         S'enfle, et sur son amant la soutient plus légère. 12
         Mais, dès que nul rivage, à son timide effroi, 12
         Nul mont ne s'offrit plus, qu'elle n'eut devant soi 12
85 Rien qu'une mer immense et le ciel sur sa tête, 12
         Promenant autour d'elle une vue inquiète : 12
         « Dieu Taureau, quel es-tu ? Parle, Taureau trompeur, 12
         Où me vas-tu porter ? N'en as-tu point de peur 12
         De ces flots ? Car ces flots aux poupes vagabondes 12
90 Cèdent ; mais les troupeaux craignent les mers profondes 12
         Où sera la pâture et l'eau douce pour toi ? 12
         Es-tu Dieu ? mais des dieux que ne suis-tu la loi ? 12
         La terre aux dauphins, l'onde aux taureaux est fermée ; 12
         Mais toi seul sur la terre et sur l'onde animée 12
95 Cours. Tes pieds sont la rame ouvrant le sein des mers ; 12
         Et bientôt des oiseaux peut-être dans les airs, 12
         Iras-tu joindre aussi la volante famille. 12
         O palais de mon père ! ô malheureuse fille, 12
         Qui, pour tenter sur l'onde un voyage nouveau, 12
100 Seule, errante, ai suivi ce perfide Taureau ! 12
         Et, toi, maître des flots, favorise ma route ! 12
         Mon invisible appui se montrera sans doute ; 12
         Sans doute ce n'est pas sans un pouvoir divin, 12
         Que s'aplanit sous moi cet humide chemin. » 12
105 Elle dit. A ces mots, pour la tirer de peine, 12
         Du quadrupède amant sort une voix humaine : 12
         « O vierge, ne crains point les fureurs de la mer ; 12
         Dans ce taureau nageur tu presses Jupiter. 12
         Je me choisis en maître, une forme, un visage ; 12
110 Mon amour, ta beauté, m'ont, sous ce corps sauvage, 12
         Fait mesurer des flots cet empire inconstant. 12
         La Crète, île fameuse, est le bord qui t'attend. 12
         Il m'a nourri moi-même. Et là, ta destinée 12
         Te promet de grands rois, fils de notre hyménée. » 12
115 Il dit ; le bord paraît. Les Heures, en ce lieu, 12
         Ont préparé son lit… il se relève dieu, 12
         Détache la ceinture à la belle étrangère, 12
         Et la vierge en ses bras devient épouse et mère. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie