CHE_1/CHE44
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
ÉGLOGUES
X
         Toi ! de Mopsus ami ! Non loin de Bérécynthe, 12
         Certain satyre, un jour, trouva la flûte sainte 12
         Dont Hyagnis calmait ou rendait furieux 12
         Le cortège énervé de la mère des dieux. 12
5 Il appelle aussitôt du Sangar au Méandre 12
         Les nymphes de l'Asie, et leur dit de l'entendre, 12
         Que tout l'art d'Hyagnis n'était que dans ce bui ; 12
         Qu'il a, grâce au destin, des doigts tout comme lui. 12
         On s'assied. Le voilà qui se travaille et sue, 12
10 Souffle, agite ses doigts, tord sa lèvre touffue, 12
         Enfle sa joue épaisse, et fait tant qu'à la fin 12
         Le buis résonne et pousse un cri rauque et chagrin. 12
         L'auditoire étonné se lève, non sans rire. 12
         Les éloges railleurs fondent sur le satyre 12
15 Qui pleure, et des Chiens même, en fuyant vers le bois, 12
         Évite comme il peut les dents et les abois… 12
         Ne te souvient-il plus que les bois de Célène 12
         Virent punir jadis une audace aussi vaine ? 12
         Si Marsyas aussi n'eût bravé ses vainqueurs, 12
20 Ni son père Hyagnis, ni les nymphes ses sœurs, 12
         Olympe son ami, les satyres ses frères, 12
         N'auraient pleuré des dieux les victoires sévères, 12
         Et ne l'auraient point vu, ceint d'humides roseaux, 12
         Errer dans la Phrygie en transparentes eaux. 12
25 .............................................................................
         Soit que son souffle anime un simple chalumeau, 12
         Ou qu'il fasse courir sa lèvre harmonieuse 12
         Sur neuf roseaux que joint la cire industrieuse, 12
         Soit quand la flûte droite où voltigent ses doigts 12
30 Vient puiser dans sa bouche une facile voix, 12
         Ou quand il fait parler, sur ses lèvres pressée, 12
         La flûte oblique, chère aux grottes du Lycée. 12
         .............................................................................
         .............................................................................
35 Non ; même sans chercher d'amoureuses promesses, 12
         Sans vouloir de Vénus connaître les caresses, 12
         D'être belle toujours vous prenez quelques soins ; 12
         Vous voulez plaire même à qui vous plaît le moins. 12
         O chaste déité qu'adore le Pirée, 12
40 Tu jettes l'instrument, fils de ta main sacrée, 12
         Tu brises cette flûte où, pour charmer les dieux, 12
         Respire en sons légers ton souffle harmonieux ; 12
         Tu rougis de la voir dans une onde fidèle 12
         Altérer la beauté de ta joue immortelle. 12
45 Syrinx parle et respire aux lèvres du pasteur… 12
         Syrinx, que tes roseaux, à mordre insidieux 12
         Gardent bien d'outrager ses doigts industrieux. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie