CHE_1/CHE50
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
ÉGLOGUES
XVI
         Blanche et douce colombe, aimable prisonnière, 6+6 a
         Quel injuste ennemi te cache à la lumière ? 6+6 a
         Je t'ai vue aujourd'hui que le ciel était beau ! 6+6 b
         Te promener longtemps sur le bord du ruisseau, 6+6 b
5 Au hasard, en tous lieux, languissante, muette, 6+6 a
         Tournant tes doux regards et tes pas et ta tête. 6+6 a
         Caché dans le feuillage, et n'osant l'agiter, 6+6 b
         D'un rameau sur un autre à peine osant sauter, 6+6 b
         J'avais peur que le vent décelât mon asile. 6+6 a
10 Tout seul je gémissais, sur moi-même immobile, 6+6 a
         De ne pouvoir aller, le ciel était si beau ! 6+6 b
         Promener avec toi sur le bord du ruisseau. 6+6 b
         Car, si j'avais osé, sortant de ma retraite, 6+6 a
         Près de ta tête amie aller porter ma tête, 6+6 a
15 Avec toi murmurer et fouler sous mes pas 6+6 b
         Le même pré foulé sous tes pieds délicats, 6+6 b
         Mes ailes et ma voix auraient frémi de joie, 6+6 a
         Et les noirs ennemis, les deux oiseaux de proie, 6+6 a
         Ces gardiens envieux qui te suivent toujours, 6+6 b
20 Auraient connu soudain que tu fais mes amours. 6+6 b
         Tous les deux à l'instant, timide prisonnière, 6+6 a
         T'auraient, dans ta prison, ravie à la lumière, 6+6 a
         Et tu ne viendrais plus, quand le ciel sera beau, 6+6 b
         Te promener encor sur le bord du ruisseau. 6+6 b
25 Blanche et douce brebis à la voix innocente, 6+6 a
         Si j'avais, pour toucher ta laine obéissante, 6+6 a
         Osé sortir du bois et bondir avec toi, 6+6 b
         Te bêler mes amours et t'appeler à moi, 6+6 b
         Les deux loups soupçonneux qui marchaient à ta suite 6+6 a
30 M'auraient vu. Par leurs cris ils t'auraient mise en fuite. 6+6 a
         Et pour te dévorer eussent fondu sur toi 6+6 b
         Plutôt que te laisser un moment avec moi. 6+6 b
.............................................................................
.............................................................................
35 Oui, jusques dans sa robe et le contour de lin 6+6 a
         Que presse la ceinture au-dessus de son sein, 6+6 a
         Sans avoir son aveu, ta bouche pétulante 6+6 b
         A cherché la fraîcheur de sa gorge naissante. 6+6 b
         Sur les deux ramiers blancs, le vautour indompté, 6+6 a
40 Sur les deux ramiers blancs il s'est précipité. 6+6 a
         Les deux oiseaux jumeaux qu'un même nid rassemble, 6+6 b
         Qui se cachent tous deux, qui s'élèvent ensemble, 6+6 b
         Dont le bec est de rose, et que l'œil plein d'ardeur 6+6 a
         Poursuit, touche de loin, et qui troublent le cœur. 6+6 a
.............................................................................
         Sa robe, au gré du vent derrière elle flottante, 6+6 b
         En replis ondoyants mollement frémissante, 6+6 b
         S'insinue, et la presse et laisse voir aux yeux 6+6 a
         De ses genoux charmants les contours gracieux. 6+6 a
mètre profil métrique : 6+6
forme globale type : distiques
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie