CHE_1/CHE5
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
POÉSIES ANTIQUES ‒ ÉTUDES
V
         Cette île chère aux dieux, mère de Jupiter, 6+6
         Aux cent belles cités mtresses de la mer, 6+6
         Où, pour punir Athène, un épais labyrinthe 6+6
         Recèle un double monstre en son obscure enceinte, 6+6
5 Fruit coupable et cruel de perverses amours. 6+6
         Lorsque (si les Crétois ne mentent point toujours) 6+6
         Leur reine dans un temple, incestueuse amante, 6+6
         Demandant un prodige au dieu qui la tourmente, 6+6
         Veut apprendre à mugir, sûre qu'à cette voix, 6+6
10 Son amant mugissant la suivrait dans les bois, 6+6
         Sa main royale, osant l'arrêter au passage, 6+6
         Souvent jette des fleurs sur sa tête sauvage, 6+6
         Descend sur sa poitrine aux longs replis tremblants, 6+6
         Le flatte, l'applaudit, fait résonner ses flancs. 6+6
15 Bientôt pour le tromper un savant artifice 6+6
         Creuse un bois imposteur d'une feinte génisse ; 6+6
         Elle entre, elle revêt, aussi bien que les yeux, 6+6
         Les membres, et la force, et le front tortueux. 6+6
         .............................................................................
20 C'est ainsi qu'autrefois, dans leurs délires vains, 6+6
         Courant au pâturage et fuyant les humains, 6+6
         Les filles de Prœtus, vagabondes compagnes, 6+6
         De faux mugissements remplirent les campagnes. 6+6
         L'aspect du soc leur fit chercher les bois profonds, 6+6
25 Tremblantes que le joug ne menaçât leurs fronts ; 6+6
         Et leur main crut sentir, peureuse et mensongère, 6+6
         Se dresser sur leur tête une armure étrangère. 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie