CHE_1/CHE64
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
ÉGLOGUES
XXX
         Un frais zéphyr d'été, promené sur les eaux, 12
         Émeut moins doucement l'ombrage et les roseaux ; 12
         Sur une mer brillante, un ciel semé d'étoiles 12
         A s'approcher de terre enhardit moins les voiles ; 12
5 Vers l'ardente Clytie un regard du soleil 12
         La fait moins se pencher sur son disque vermeil, 12
         Que l'éloquent regard d'une belle attentive 12
         N'émeut et n'encourage une muse craintive. 12
         .............................................................................
10 .............................................................................
         Brillante comme vous, comme vous calme et belle, 12
         Les yeux, avec amour, se porteraient sur elle, 12
         .............................................................................
         .............................................................................
15 Dirait : « Que cette muse est belle et séduisante ! 12
         Que son éclat est doux ! que sa grâce est décente ! 12
         Dans sa simplicité que de charmes secrets ! 12
         Qu'une fierté modeste ennoblit tous ses traits ! 12
         Qu'on la quitte avec peine ! et que sa voix aimable 12
20 Vous laisse, au loin, dans l'âme, une trace durable ! » 12
         Tel serait leur langage ; et mes vers répétés 12
         Encore après mille ans, seraient lus et vantés. 12
         .............................................................................
         Au moins daignez souffrir que cette main suspende 12
25 A votre belle image une rustique offrande ; 12
         Accueillez mon esclave ...........................................
         .............................................................................
         .............................................................................
         Il pleure loin de lui sa famille éplorée. 12
30 Vos parents loin de vous, vous, leur bien, leur orgueil, 12
         Feraient couler vos pleurs et vivraient dans le deuil. 12
         Il aime, et de regrets son âme est consumée. 12
         Amour profond, brûlant ; comme vous eût aimée 12
         Tout mortel dont l'aspect serait doux à vos yeux, 12
35 Dont vos regrets suivraient l'absence et les adieux, 12
         Dont le nom remplirait vos pensers solitaires ! 12
         ........................................... Ah ! si le sort jaloux !…
         Mais quels désirs ont droit de monter jusqu'à vous ? 12
         Toutefois ................................................................................
40 .............................................................................
         Et de l'humble mortel un vœu religieux 12
         S'élance impunément jusqu'au trône des dieux. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie