CHE_1/CHE68
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
TRADUCTIONS
III
Médée
         Au sang de ses enfants, de vengeance égarée, 12
         Une mère plongea sa main dénaturée ; 12
         Et l'amour, l'amour seul avait conduit sa main. 12
         Mère, tu fus impie, et l'amour inhumain. 12
5 Mère ! amour ! qui des deux eut plus de barbarie ? 12
         L'amour fut inhumain ; mère, tu fus impie. 12
         Plût aux dieux que la Thrace aux rameurs de Jason 12
         Eût fermé son Bosphore, orageuse prison ; 12
         Que, Minerve abjurant leur fatale entreprise, 12
10 Pélion n'eût jamais, au bord du bel Amphryse, 12
         Vu le chêne, le pin, ses plus antiques fils, 12
         Former, lancer aux flots, sous la main de Tiphys 12
         Ce navire éloquent, fier conquérant du Phase, 12
         Qui vint ravir au bois du nébuleux Caucase 12
15 L'or du bélier divin, présent de Néphélé, 12
         Téméraire nageur qui fit périr Hellé ! 12
         .............................................................................
         .............................................................................
         Et Dodone agitant sous la noire tempête 12
20 De ses chênes sacrés le feuillage prophète. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie