CHE_1/CHE68
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
TRADUCTIONS
III
Médée
         Au sang de ses enfants, de vengeance égae, 6+6
         Une mère plongea sa main dénatue ; 6+6
         Et l'amour, l'amour seul avait conduit sa main. 6+6
         Mère, tu fus impie, et l'amour inhumain. 6+6
5 Mère ! amour ! qui des deux eut plus de barbarie ? 6+6
         L'amour fut inhumain ; mère, tu fus impie. 6+6
         Plût aux dieux que la Thrace aux rameurs de Jason 6+6
         Eût fermé son Bosphore, orageuse prison ; 6+6
         Que, Minerve abjurant leur fatale entreprise, 6+6
10 Pélion n'eût jamais, au bord du bel Amphryse, 6+6
         Vu le chêne, le pin, ses plus antiques fils, 6+6
         Former, lancer aux flots, sous la main de Tiphys 6+6
         Ce navire éloquent, fier conquérant du Phase, 6+6
         Qui vint ravir au bois du nébuleux Caucase 6+6
15 L'or du bélier divin, présent de Néphélé, 6+6
         Téméraire nageur qui fit périr Hellé ! 6+6
         .............................................................................
         .............................................................................
         Et Dodone agitant sous la noire tempête 6+6
20 De ses chênes sacrés le feuillage prophète. 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie