CRB_1/CRB68
Tristan Corbière
LES AMOURS JAUNES
1873
RACCROCS
LIBERTÀ*
À la cellule IV bis
Prison royale de Gênes
Lasciate ogni…
DANTE.
         O belle hospitalière 6
         Qui ne me connais pas, 6
         Vierge publique et fière 6
         Qui m'as ouvert les bras… 6
5 Rompant ma longue chaîne, 6
         L'eunuque m'a jeté 6
         Sur ton sein royal, Reine ! 6
         — Vanité, vanité ! — 6
         Comme la Vénus nue. 6
10 D'un bain de lait de chaux 6
         Tu sors, blanche Inconnue, 6
         Fille des noirs cachots 6
         Où l'on pleure, d'usage… 6
         — Moi : jamais n'ai chanté 6
15 Que pour toi, dans ta cage, 6
         Cage de la gaîté ! 6
         La misère parée 6
         Est dans le grand égout ; 6
         Dépouillons la livrée 6
20 Et la chemise et tout ! 6
         Que tout mon baiser couvre 6
         Ta franche nudité… 6
         Vraie ou fausse, se rouvre 6
         Une virginité ! 6
25 — Plus ce ciel louche et rose 6
         Ni ce soleil d'enfer !… 6
         — Ta paupière mi-close, 6
         Tes cils, barreaux de fer ! 6
         Ta ceinture-dorée, 6
30 De fer ! — Fidélité — 6
         Et ta couche encastrée 6
         Tombeau de volupté ! 6
         A nos cœurs plus d'alarmes : 6
         Libres et bien à nous !… 6
35 Sens planer les gendarmes, 6
         Pigeons du rendez-vous ; 6
         Et Cupidon-Cerbère 6
         A qui la sûreté 6
         De nos amours est chère… 6
40 Quatre murs ! — Liberté ! 6
         Ho ! l'Espérance folle 6
         — Ce crampon — est au clou. 6
         L'existence qui colle 6
         Est collée à l'écrou. 6
45 Le souvenir qui hante 6
         A l'huys est resté ; 6
         L'huys n'a pas de fente… 6
         — Oh le carcan ôté ! — 6
         Laissons venir la Muse, 6
50 Elle osera chanter ; 6
         Et, si le jeu t'amuse, 6
         Je veux te la prêter… 6
         Ton petit lit de sangle, 6
         Pour nous a rajouté 6
55 Les trois bouts du triangle ; 6
         Triple amour ! — Trinité ! 6
         Plus d'huissiers aux mains sales ! 6
         Ni mains de chers amis ! 6
         Ni menottes banales !… 6
60 — Mon nom est Quatre-Bis. — 6
         Hors la terrestre croûte, 6
         Désert mal habité, 6
         Loin des mortels je goûte 6
         Un peu d'éternité. 6
65 — Prison, sûre conquête 6
         Où le poète est roi ! 6
         Et boudoir plus qu'honnête 6
         Où le sage est chez soi. 6
         Cruche, au moins ingénue, 6
70 Puits de la vérité ! 6
         Vide, quand on l'a bue… 6
         — Vase de pureté ! — 6
         — Seule est ta solitude, 6
         Et béats tes ennuis 6
75 Sans pose et sans étude… 6
         Plus de jours, plus de nuits ! 6
         C'est tout le temps dimanche, 6
         Et le far-niente 6
         Dort pour moi sur la planche 6
80 De l'idéalité… 6
         … Jusqu'au jour de misère 6
         Où, condamné, je sors 6
         Seul, ramer ma galère… 6
         Là, n'importe où,… dehors. 6
85 Laissant emprisonnée 6
         A perpétuité 6
         Cette fleur cloisonnée, 6
         Qui fut ma liberté… 6
         — Va : reprends, froide et dure, 6
90 Pour le captif oison, 6
         Ton masque, ta figure 6
         De porte de prison… 6
         Que d'autres, basse race 6
         Dont le dos est voûté, 6
95 Pour eux te trouve basse, 6
         Altière déité ! 6
* Libertà. Ce mot se lit au fronton
de la prison à Gènes.
Cellule 4. — Genova-la-Superba.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie