CRB_1/CRB75
Tristan Corbière
LES AMOURS JAUNES
1873
ARMOR
LA RAPSODIE FORAINE
ET
LE PARDON DE SAINTE-ANNE
         Bénite est l'infertile plage 8
         Où, comme la mer, tout est nud. 8
         Sainte est la chapelle sauvage 8
         De Sainte-Anne-de-la-Palud… 8
5 De la Bonne Femme Sainte Anne 8
         Grand'tante du petit Jésus, 8
         En bois pourri dans sa soutane 8
         Riche … plus riche que Crésus ! 8
         Contre elle la petite Vierge, 8
10 Fuseau frêle, attend l'Angelus ; 8
         Au coin, Joseph tenant son cierge, 8
         Niche, en saint qu'on ne fête plus… 8
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
         C'est le Pardon. — Liesse et mystères — 8
         Déjà l'herbe rase a des poux… 8
15 Sainte Anne, Onguent des belles-mères ! 8
         Consolation des époux ! 8
         Des paroisses environnantes : 8
         De Plougastel et Loc-Tudy, 8
         Ils viennent tous planter leurs tentes, 8
20 Trois nuits, trois jours — jusqu'au lundi. 8
         Trois jours, trois nuits, la palud grogne, 8
         Selon l'antique rituel, 8
         — Chœur séraphique et chant d'ivrogne — 8
         Le CANTIQUE SPIRITUEL. 8
***
25 Mère taillée à coups de hache, 8
         Tout cœur de chêne dur et bon ; 8
         Sous l'or de ta robe se cache 8
         L'âme en pièce d'un franc-Breton ! 8
*
         — Vieille verte à face usée 8
30 Comme la pierre du torrent, 8
         Par des larmes d'amour creusée, 8
         Séchée avec des pleurs de sang… 8
*
         — Toi dont la mamelle tarie 8
         S'est refait, pour avoir porté 8
35 La Virginité de Marie, 8
         Une mâle virginité ! 8
*
         — Servante-maîtresse altière, 8
         Très-haute devant le Très-Haut : 8
         Au pauvre monde, pas fière, 8
40 Dame pleine de comme-il-faut ! 8
*
         — Bâton des aveugles ! Béquille 8
         Des vieilles ! Bras des nouveaux-nés ! 8
         Mère de madame ta fille ! 8
         Parente des abandonnés ! 8
*
45 — O Fleur de la pucelle neuve ! 8
         Fruit de l'épouse au sein grossi ! 8
         Reposoir de la femme veuve… 8
         Et dit veuf Dante-de-merci ! 8
*
         — Arche de Joachim ! Aïeule ! 8
50 Médaille de cuivre effacé ! 8
         Gui sacré ! Trèfle-quatre-feuille ! 8
         Mont d'Horeb ! Souche de Jessé ! 8
*
         — O toi qui recouvrais la cendre, 8
         Qui filais comme on fait chez nous, 8
55 Quand le soir venait à descendre, 8
         Tenant l'ENFANT sur tes genoux ; 8
*
         Toi qui fus là, seule, pour faire 8
         Son maillot neuf à Bethléem. 8
         Et là, pour coudre son suaire 8
60 Douloureux, à Jérusalem !… 8
*
         Des croix profondes sont tes rides, 8
         Tes cheveux sont blancs comme fils… 8
         — Préserve des regards arides 8
         Le berceau de nos petits-fils ! 8
*
65 Fais venir et conserve en joie 8
         Ceux à naître et ceux qui sont nés. 8
         Et verse, sans que Dieu te voie, 8
         L'eau de tes yeux sur les damnés ! 8
*
         Reprends dans leur chemise blanche 8
70 Les petits qui sont en langueur… 8
         Rappelle à l'éternel Dimanche 8
         Les vieux qui traînent en longueur. 8
*
         Dragon-gardien de la Vierge, 8
         Garde la crèche sous ton œil. 8
75 Que, près de toi, Joseph-concierge 8
         Garde la propreté du seuil ! 8
*
         Prends pitié de la fille-mère, 8
         Du petit au bord du chemin… 8
         Si quelqu'un leur jette la pierre, 8
80 Que la pierre se change en pain ! 8
*
         Dame bonne en mer et sur terre, 8
         Montre-nous le ciel et le port, 8
         Dans la tempête ou dans la guerre… 8
         O Fanal de la bonne mort ! 8
*
85 Humble : à tes pieds n'as point d'étoile, 8
         Humble … et brave pour protéger ! 8
         Dans la nue apparaît ton voile, 8
         Pâle auréole du danger. 8
*
         Aux perdus dont la vue est grise, 8
90 Sauf respect — perdus de boisson, 8
         Montre le clocher de l'église 8
         Et le chemin de la maison. 8
*
         Prête ta douce et chaste flamme 8
         Aux chrétiens qui sont ici… 8
95 Ton remède de bonne femme 8
         Pour les bêtes-à-corne aussi ! 8
*
         Montre à nos femmes et servantes 8
         L'ouvrage et la fécondité… 8
         Le bonjour aux âmes parentes 8
100 Qui sont bien dans l'éternité ! 8
*
         Nous mettrons un cordon de cire, 8
         De cire-vierge jaune, autour 8
         De ta chapelle ; et ferons dire 8
         Ta messe basse au point du jour. 8
*
105 Préserve notre cheminée 8
         Des sorts et du monde-malin… 8
         A Pâques te sera donnée 8
         Une quenouille avec du lin. 8
*
         Si nos corps sont puants sur terre, 8
110 Ta grâce est un bain de santé ; 8
         Répands sur nous, au cimetière, 8
         Ta bonne odeur-de-sainteté. 8
*
         A l'an prochain ! — Voici ton cierge : 8
         (C'est deux livres qu'il a coûté) 8
115 … Respects à Madame la Vierge, 8
         Sans oublier la Trinité. 8
***
         … Et les fidèles, en chemise, 8
         — Sainte Anne, ayez pitié de nous ! — 8
         Font trois fois le tour de l'église 8
120 En se traînant sur leurs genoux ; 8
         Et boivent l'eau miraculeuse 8
         Où les Job teigneux ont lavé 8
         Leur nudité contagieuse… 8
         — Allez : la Foi vous a sauvé ! — 8
125 C'est là que tiennent leurs cénacles 8
         Les pauvres, frères de Jésus. 8
         — Ce n'est pas la cour des miracles, 8
         Les trous sont vrais : Vide latus ! 8
         Sont-ils pas divins sur leurs claies, 8
130 Qu'auréole un nimbe vermeil, 8
         Ces propriétaires de plaies, 8
         Rubis vivants sous le soleil !… 8
         En aboyant, un rachitique 8
         Secoue un moignon désossé. 8
135 Coudoyant un épileptique 8
         Qui travaille dans un fossé. 8
         Là, ce tronc d'homme où croît l'ulcère, 8
         Contre un tronc d'arbre où croît le gui 8
         Ici, c'est la fille et la mère 8
140 Dansant la danse de Saint-Guy. 8
         Cet autre pare le cautère 8
         De son petit enfant malsain : 8
         — L'enfant se doit à son vieux père… 8
         — Et le chancre est un gagne-pain ! 8
145 Là, c'est l'idiot de naissance, 8
         Un visité par Gabriel, 8
         Dans l'extase de l'innocence… 8
         — L'innocent est près du ciel ! — 8
         — Tiens, passant, regarde : tout passe… 8
150 L'œil de l'idiot est resté. 8
         Car il est en état-de-grâce… 8
         — Et la Grâce est l'éternité ! — 8
         Parmi les autres, après vêpre, 8
         Qui sont d'eau bénite arrosés, 8
155 Un cadavre, vivant de lèpre, 8
         Fleurit — souvenir des croisés… 8
         Puis tous ceux que les Rois de France 8
         Guérissaient d'un toucher de doigts… 8
         — Mais la France n'a plus de rois, 8
160 Et leur dieu suspend sa clémence. 8
         — Charité dans leurs écuelles !… 8
         Nos aïeux ensemble ont porté 8
         Ces fleurs de lis en écrouelles 8
         Dont ces choisis ont hérité. 8
165 Miserere pour les ripailles 8
         Des Ankokrignets et Kakous ! 8
         Ces moignons-là sont des tenailles, 8
         Ces béquilles donnent des coups. 8
         Risquez-vous donc là, gens ingambes, 8
170 Mais gare pour votre toison : 8
         Gare aux bras crochus ! gare aux jambes 8
         En kyriè-èleison ! 8
         … Et détourne-toi, jeune fille, 8
         Qui viens là voir, et prendre l'air… 8
175 Peut-être, sous l'autre guenille, 8
         Percerait la guenille en chair… 8
         C'est qu'ils chassent là sur leurs terres ! 8
         Leurs peaux sont leurs blasons béants : 8
         — Le droit-du-seigneur à leurs serres !… 8
180 Le droit du Seigneur de céans ! — 8
         Tas d'ex-voto de carne impure, 8
         Charnier d'élus pour les cieux, 8
         Chez le Seigneur ils sont chez eux ! 8
         — Ne sont-ils pas sa créature… 8
185 Ils grouillent dans le cimetière 8
         On dirait les morts déroutés 8
         N'ayant tiré de sous la pierre 8
         Que des membres mal reboutés. 8
         — Nous, taisons-nous !… Ils sont sacrés. 8
190 C'est la faute d'Adam punie 8
         Le doigt d'En-haut tes a marqués : 8
         — La Droite d'En-haut soit bénie ! 8
         Du grand troupeau, boucs émissaires 8
         Chargés des forfaits d'ici-bas, 8
195 Sur eux Dieu purge ses colères !… 8
         — Le pasteur de Sainte-Anne est gras. — 8
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
         Mais une note pantelante, 8
         écho grelottant dans le vent 8
         Vient battre la rumeur bêlante 8
200 De ce purgatoire ambulant 8
         Une forme humaine qui beugle 8
         Contre le calvaire se tient ; 8
         C'est comme une moitié d'aveugle : 8
         Elle est borgne, et n'a pas de chien… 8
205 C'est une rapsode foraine 8
         Qui donne aux gens pour un liard 8
         L'Istoyre de la Magdalayne, 8
         Du Juif-Errant ou d'Abaylar. 8
         Elle hâle comme une plainte, 8
210 Comme une plainte de la faim, 8
         Et, longue comme un jour sans pain, 8
         Lamentablement, sa complainte… 8
         — ça chante comme ça respire, 8
         Triste oiseau sans plume et sans nid 8
215 Vaguant où son instinct l'attire : 8
         Autour des Bon-Dieu de granit… 8
         ça peut parler aussi, sans doute. 8
         ça peut penser comme ça voit : 8
         Toujours devant soi la grand'route… 8
220 — Et, quand ç'a deux sous … ça les boit. 8
         — Femme : on dirait hélas — sa nippe 8
         Lui pend, ficelée en jupon ; 8
         Sa dent noire serre une pipe 8
         Éteinte… — Oh, la vie a du bon ! — 8
225 Son nom … ça se nomme Misère. 8
         ça s'est trouvé né par hasard. 8
         ça sera trouvé mort par terre… 8
         La même chose — quelque part. 8
         — Si tu la rencontres, Poète, 8
230 Avec son vieux sac de soldat : 8
         C'est notre sœur … donne — c'est fête 8
         Pour sa pipe, un peu de tabac !… 8
         Tu verras dans sa face creuse 8
         Se creuser, comme dans du bois, 8
235 Un sourire ; et sa main galeuse 8
         Te faire un vrai signe de croix. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie