DES_1/DES112
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ROMANCES
L’ORAGE
          Dans sa course brûlante, 6
          Oh ! que la nuit est lente ! 6
          De sa lueur tremblante, 6
          Elle attriste l’amour. 6
5  J’entends gronder l’orage ; 6
          Il trouble mon courage. 6
         Ne reverront-ils pas le jour 8
         Mes yeux voilés de pleurs d’amour ? 8
          Délire je me plonge, 6
10  Fuyez, jaloux mensonge ; 6
          Pourquoi m’offrir en songe 6
          La douleur dans l’amour ? 6
          Ô moitié de mon âme, 6
          Tes yeux, remplis de flamme, 6
15 Reviendront-ils, avec le jour, 8
         Tarir enfin mes pleurs d’amour ! 8
          Mais la tardive aurore 6
          Ne brille pas encore, 6
          Et les yeux que j’adore 6
20  Sont fermés à l’amour. 6
          L’orage en feu tourmente 6
          Et la nuit et l’amante : 6
         Ô toi, pour qui j’attends le jour, 8
         Me pras-tu mes pleurs d’amour ? 8
mètre profils métriques : 8, 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie