DES_1/DES138
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
POÉSIES DIVERSES
CONTE
IMITÉ DE L’ARABE
         C’était jadis. Pour un peu d’or, 8
         Un fou quitta ses amours, sa patrie. 10
         (De nos jours cette soif ne paraît point tarie ; 12
         J’en connais qu’elle brûle encor.) 8
5 Courageux, il s’embarque ; et, surpris par l’orage, 12
         Demi-mort de frayeur, il échappe au naufrage. 12
         La fatigue d’abord lui donna le sommeil ; 12
         Puis enfin l’appétit provoqua son réveil. 12
         Au rivage, où jamais n’aborda l’Espérance, 12
10 Il cherche, mais en vain, quelque fruit savoureux ; 12
         Du sable, un rocher nu, s’offrent seuls à ses yeux ; 12
         Sur la vague en fureur il voit fuir l’existence. 12
         L’âme en deuil, le cœur froid, le corps appesanti, 12
         L’œil fixé sur les flots qui mugissent encore, 12
15 Sentant croître et crier la faim qui le dévore, 12
         Dans un morne silence il reste anéanti. 12
         La mer, qui par degrés se calme et se retire, 12
         Laisse au pied du rocher les débris du vaisseau ; 12
         L’infortuné vers lui lentement les attire, 12
20 S’y couche, se résigne, et s’apprête un tombeau. 12
         Tout à coup il tressaille, il se lève, il s’élance ; 12
         Il croit voir un prodige, il se jette à genoux. 12
         D’un secours imprévu bénir la Providence 12
         Est de tous les besoins le plus grand, le plus doux ! 12
25 Puis, en tremblant, ses mains avides 8
         Touchent un lin mouillé, rempli de grains humides ; 12
         Il presse, il interroge et la forme et le poids, 12
         Y sent rouler des fruits,… des noisettes,… des noix… 12
         « Des noix ! dit-il, des noix ! quel trésor plein de charmes ! » 12
30 Il déchire la toile. Ô surprise ! ô tourments ! 12
         « Hélas ! dit-il, en versant quelques larmes, 10
         Ce ne sont que des diamants ! » 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie