DES_1/DES47
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
ÉLÉGIE
         Ma sœur, il est parti ! | ma sœur, il m’abandonne ! 6+6
         Je sais qu’il m’abandonne, | et j’attends, et je meurs, 6+6
         Je meurs. Embrasse-moi, | pleure pour moi… pardonne 6+6
         Je n’ai pas une larme, | et j’ai besoin de pleurs. 6+6
5 Tu gémis ? Que je t’aime ! | Oh ! jamais le sourire 6+6
         Ne te rendit plus belle | aux plus beaux de nos jours. 6+6
         Tourne vers moi les yeux, | si tu plains mon délire ; 6+6
         Si tes yeux ont des pleurs, | regarde-moi toujours. 6+6
         Mais retiens tes sanglots. | Il m’appelle, il me touche, 6+6
10 Son souffle en me cherchant | vient d’effleurer ma bouche. 6+6
         Laisse, tandis qu’il brûle | et passe autour de nous, 6+6
         Laisse-moi reposer | mon front sur tes genoux. 6+6
         Écoute ! ici, ce soir, | à moi-même cachée, 6+6
         Je ne sais quelle force | attirait mon ennui : 6+6
15 Ce n’était plus son ombre | à mes pas attachée, 6+6
         Oh ! ma sœur, c’était lui ! 6
         C’était lui, mais changé, | mais triste. Sa voix tendre 6+6
         Avait pris des accents | inconnus aux mortels, 6+6
         Plus ravissants, plus purs, | comme on croit les entendre 6+6
20 Quand on rêve des cieux | aux pieds des saints autels. 6+6
         Il parlait, et ma vie | était près de s’éteindre. 6+6
         L’étonnement, l’effroi, | ce doux effroi du cœur, 6+6
         M’enchnait devant lui. | Je l’écoutais se plaindre, 6+6
         Et, mourante pour lui, | je plaignais mon vainqueur… 6+6
25 Il parlait, il rendait | la nature attentive ; 6+6
         Tout se taisait. Des vents | l’haleine était captive ; 6+6
         Du rossignol ému | le chant semblait mourir ; 6+6
         On t dit que l’eau même | oubliait de courir. 6+6
         Hélas ! qu’avait-il fait | alors pour me déplaire ? 6+6
30 Il gémissait, | me cherchait comme toi. 4+6
         Non, je n’avais plus de colère, 8
         Il n’était plus coupable, | il était devant moi. 6+6
         Sais-tu ce qu’il m’a dit ? | des reproches… des larmes… 6+6
         Il sait pleurer, ma sœur ! 6
35 Ô Dieu ! que sur son front | la tristesse a de charmes ! 6+6
         Que j’aimais de ses yeux | la brûlante douceur ! 6+6
         Sa plainte m’accusait ; | le crime… je l’ignore : 6+6
         J’ai fait pour l’expliquer | des efforts superflus. 6+6
         Ces mots seuls m’ont frappée, | il me les crie encore : 6+6
40 « Je ne te verrai plus ! » 6
         Et je l’ai laissé fuir, | et ma langue glacée 6+6
         A murmuré son nom | qu’il n’a pas entendu ; 6+6
         Et sans saisir sa main | ma main s’est avancée, 6+6
         Et mon dernier adieu | dans les airs s’est perdu. 6+6
mètre profils métriques : 6, 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie