DES_1/DES54
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
L’ATTENTE
         Il m’aima. C’est alors | que sa voix adorée 6+6
         M’éveilla tout entière, | et m’annonça l’amour. 6+6
         Comme la vigne aimante | en secret attirée 6+6
         Par l’ormeau caressant, | qu’elle embrasse à son tour, 6+6
5 Je l’aimai ! D’un sourire | il obtenait mon âme. 6+6
         Que ses yeux étaient doux ! | que j’y lisais d’aveux ! 6+6
         Quand il brûlait mon cœur | d’une si tendre flamme, 6+6
         Comment, sans me parler, | me disait-il : « Je veux ! » 6+6
         Oh ! toi qui m’enchantais, | savais-tu ton empire ? 6+6
10 L’éprouvais-tu ce mal, | ce bien dont je soupire ? 6+6
         Je le crois : tu parlais | comme on parle en aimant, 6+6
         Quand ta bouche m’apprit | je ne sais quel serment. 6+6
         Qu’importent les serments ? | Je n’étais plus moi-même, 6+6
         J’étais toi. J’écoutais, | j’imitais ce que j’aime ; 6+6
15 Mes lèvres, loin de toi, | retenaient tes accents, 6+6
         Et ta voix dans ma voix | troublait encor mes sens. 6+6
         Je ne l’imite plus ; | je me tais, et les larmes 6+6
         De tous mes biens perdus | ont expié les charmes. 6+6
         Attends-moi, m’as-tu dit. | J’attends, j’attends toujours ! 6+6
20 L’été, j’attends de toi | la grâce des beaux jours ; 6+6
         L’hiver aussi, j’attends ! | Fixée à ma fenêtre, 6+6
         Sur le chemin désert | je crois te reconntre ; 6+6
         Mais les sentiers rompus | ont effrayé tes pas : 6+6
         Quand ton cœur me cherchait, | tu ne les voyais pas ! 6+6
25 Ainsi le temps prolonge | et nourrit ma souffrance : 6+6
         Hier, c’est le regret ; | demain, c’est l’espérance ; 6+6
         Chaque désir trahi | me rend à la douleur, 6+6
         Et jamais, jamais au bonheur ! 8
         Le soir, à l’horizon, | s’égare ma vue, 6+6
30 Tu m’apparais encore, | et j’attends malgré moi. 6+6
         La nuit tombe… ce n’est plus toi ; 8
         Non ! c’est le songe qui me tue. 8
         Il me tue, et je l’aime ! | et je veux en gémir ! 6+6
         Mais sur ton cœur jamais | ne pourrai-je dormir 6+6
35 De ce sommeil profond | qui rafrchit la vie ? 6+6
         Le repos sur ton cœur ! | c’est le ciel que j’envie, 6+6
         Et le ciel irrité | met l’absence entre nous. 6+6
         Ceux qui le font parler | me l’ont dit à moi-même : 6+6
         Il ne veut pas qu’on aime ! 6
40 Mon Dieu, je n’ose plus | aimer qu’à vos genoux ! 6+6
         Qu’ai-je dit ? Notre amour, | c’est le ciel sur la terre. 6+6
         Il fut, j’en crois mon cœur | effrayé d’un remord, 6+6
         Comme la vie, involontaire, 8
         Inévitable, | hélas ! comme la mort. 4+6
45 J’ai gté cet amour ; | j’en pleure les délices. 6+6
         Cher amant ! quand mon sein | palpita sous ton sein, 6+6
         Nos deux âmes étaient complices, 8
         Et tu gardas la mienne, | heureuse du larcin. 6+6
         Oh ! ne me la rends plus ! | Que cette âme enchnée, 6+6
50 Triste et passionnée, 6
         Heureuse de se perdre | et d’errer après toi, 6+6
         Te cherche, te rappelle | et t’entrne vers moi ! 6+6
mètre profils métriques : 6+6, 6, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie