DES_1/DES66
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
POINT D’ADIEU
         Vous, dont l’austérité condamne la tendresse, 12
         Vous, dont le froid printemps s’est perdu sans ivresse, 12
         Qui n’offrez à l’amour que des yeux en courroux, 12
         Pardonnez-moi mes vers, s’ils passent devant vous. 12
5 Toi, dont l’âme, à la fois aimante et malheureuse, 12
         D’une âme qui t’entende appelle l’entretien, 12
         Si je puis rencontrer ta paupière rêveuse, 12
         Devine mon secret, devine… c’est le tien. 12
         Presse alors sur ton cœur ces écrits pleins de larmes. 12
10 Dis-toi : Qu’elle a souffert, que je la plains, quel sort ! 12
         Mais d’un bien que j’attends si je goûte les charmes, 12
         Dis-toi : Qu’elle est heureuse ! elle est calme, elle dort. 12
         Si je m’éveille, écoute ! une voix consolante 12
         Suivra, sans les troubler, tes pas silencieux, 12
15 Et portera ces mots à ta douleur brûlante : 12
         Viens ! ne crains pas la mort, on aime dans les cieux ! 12
         Viens ! la mort n’est qu’un pas dans l’ombre, 8
         Viens ! l’exil est doux à franchir : 8
         C’est le jour après la nuit sombre, 8
20 C’est son Dieu qu’on vient de fléchir. 8
         Oui, le malheur finit. Et moi, je vais t’attendre ; 12
         Mon âme va chercher ce qu’elle osa prévoir : 12
         Point d’adieu ; non, ce mot est l’effroi d’un cœur tendre ; 12
         C’est à toi, qui m’entends, que je crie : Au revoir ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie