DES_1/DES74
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
LA FLEUR DU SOL NATAL
À MONSIEUR D
         Ô fleur du sol natal ! ô verdure sauvage ! 12
         Par quelle main cachée arrives-tu vers moi ? 12
         Ô mon pays ! quelle âme aimante, à ton rivage, 12
         A compris qu’une fleur me parlerait de toi ? 12
5 Quel charme m’environne, et quel dieu rompt ma chaîne ? 12
         La vie est libre encor… Je lui pardonne tout ! 12
         Sol natal ! sol natal ! dans ta suave haleine, 12
         Dans tes parfums, la vie a comme un autre goût. 12
         Voilà le souvenir au pénétrant silence ; 12
10 Sans philtre, sans breuvage, il endort la douleur : 12
         Sur mes jours fatigués son aile se balance ; 12
         C’est une halte du malheur. 8
         Le voilà ce beau lac dont l’eau n’est point amère ; 12
         Ma nacelle dormeuse y flotte seule en paix ! 12
15 Le voilà le doux chaume où m’enfanta ma mère, 12
         Où, cachée au malheur, je ne pleurai jamais ! 12
         Cette jeune Albertine, à nos foyers restée, 12
         Ce lilas embaumé que je croyais perdu, 12
         Ô fleur, sauvage fleur de ma rive enchantée, 12
20 Transfuge de nos bois, tu m’as donc tout rendu ! 12
         Des arbres qui régnaient le long de nos rivages 12
         Tu m’apportes le bruit… il rafraîchit mon sort : 12
         Une colombe y pleure ; et ces profonds ombrages, 12
         Par toi, si puissamment me protègent encor, 12
25 Que les vents balancent leur faîte, 8
         Roulant devant eux la tempête, 8
         L’éclair, l’ouragan, la terreur, 8
         Et laissent à mes pieds le calme et la fraîcheur. 12
         Emporte-moi, souffle errant, doux génie, 10
30 Sur mon rempart tant chanté, tant aimé ; 10
         Et que ma cendre un jour soit réunie 10
         À l’humble terre où mon cœur s’est formé ! 10
         Aux uns de l’or… à moi des fleurs suaves ; 10
         Oh ! dans les fleurs précipite mes pas ! 10
35 J’en vois languir sur des rives esclaves, 10
         Mais ma fierté ne s’en couronne pas. 10
         Qu’il est frais, qu’il est doux l’air de l’indépendance 12
         Au cœur épanoui sur un sol libre et pur ! 12
         Ô mon pays ! ton nom, qui m’offre un ciel d’azur, 12
40 Rend à mes traits souffrants le rire de l’enfance. 12
         Nomme encor mon pays, rêve aux accents d’amour 12
         Jette sur mon sommeil les fleurs de ma vallée ; 12
         Que dans ce miroir consolée, 8
         Je réchauffe ma vie au reflet d’un beau jour ! 12
45 Sur l’invisible ami qui devina mon âme, 12
         Dieu ! versez les trésors qui germent dans vos mains ! 12
         Liez ses jours heureux à d’heureux lendemains, 12
         Et de soie et de fleurs formez leur longue trame ! 12
         Que pour lui, pour lui seul, l’amour soit sans regret ! 12
50 Ciel ! au nom de la fleur qu’il me jeta vermeille, 12
         Qu’un bonheur assidu chaque jour le réveille, 12
         Et lui confie un doux secret ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie