DES_2/DES227
Marceline Desbordes-Valmore
LES PLEURS
1830
SOLITUDE
Et l’haleine de l’onde, à l’oranger mêlée,
De ses fleurs qu’elle effeuille embaume mes cheveux.
Alphonse de Lamartine.
         La vois-tu comme moi, cette étoile brillante ? 12
         Ressens-tu ma tristesse en regardant les cieux ? 12
         Non, la nuit pour moi seule est rêveuse et brûlante, 12
         Et seule j’y revois la douceur de tes yeux. 12
5 J’emportai vainement la fleur mystérieuse 12
         Qui dut lier nos cœurs, l’un de l’autre jaloux ; 12
         Son emblème, ignoré de la foule envieuse, 12
         Laissait en vain l’espoir et l’amour entre nous. 12
         Cette fleur qui suivit ma tendresse exilée, 12
10 Console-t-elle encor ma fièvre et ma langueur ? 12
         Non : ton ombre qui fuit mobile et consolée, 12
         Pour un front plus brillant l’arrache de mon cœur ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie