DES_2/DES251
Marceline Desbordes-Valmore
LES PLEURS
1830
LES FLEURS
Il est si beau de mourir jeune et de rendre
au Dieu qui nous juge, une vie encore pleine
d’illusions !
H. de Latouche.
         Oh ! de l’air ! des parfums ! des fleurs pour me nourrir ! 12
         Il semble que les fleurs alimentent ma vie ; 12
         Mais elles vont mourir… Ah ! je leur porte envie, 12
         Mourir jeune, au soleil, Dieu ! que c’est bien mourir ! 12
5 Pour éteindre une fleur il faut moins qu’un orage : 12
         Moi, je sais qu’une larme effeuille le bonheur. 12
         À la fleur qu’on va fuir qu’importe un long courage ? 12
         Heureuse ! elle succombe à son premier malheur ! 12
         Roseaux moins fortunés, les vents, dans leur furie, 12
10 Vous outragent longtemps sans briser votre sort ! 12
         Ainsi, roseau qui marche en sa gloire flétrie, 12
         L’homme achète longtemps le bienfait de la mort ! 12
         Et moi, je veux des fleurs pour appuyer ma vie ; 12
         À leurs frêles parfums j’ai de quoi me nourrir. 12
15 Mais elles vont mourir… Ah ! je leur porte envie ; 12
         Mourir jeune, au soleil, Dieu ! que c’est bien mourir ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie