DES_4/DES350
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
AMOUR
JOUR D’ORIENT
         Ce fut un jour pareil à ce beau jour 10
         Que, pour tout perdre, incendiait l’amour. 10
         C’était un jour de charité divine 10
         Où, dans l’air bleu, l’éternité chemine ; 10
5 Où dérobée à son poids étouffant 10
         La terre joue et redevient enfant ; 10
         C’était partout comme un baiser de mère, 10
         Long rêve errant dans une heure éphémère ; 10
         Heure d’oiseaux, de parfums, de soleil, 10
10 D’oubli de tout… hors du bien sans pareil. 10
         Nous étions deux !… C’est trop d’un quand on aime 10
         Pour se garder… Hélas, nous étions deux. 10
         Pas un témoin qui sauve de soi-même ! 10
         Jamais au monde on n’eut plus besoin d’eux 10
15 Que nous l’avions ! Lui, trop près de mon âme, 10
         Avec son âme éblouissait mes yeux ; 10
         J’étais aveugle à cette double flamme, 10
         Et j’y vis trop, quand je revis les cieux. 10
         Pour me sauver, j’étais trop peu savante ; 10
20 Pour l’oublier… je suis encor vivante ! 10
         C’était un jour pareil à ce beau jour 10
         Que, pour tout perdre, incendiait l’amour ! 10
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie