DES_4/DES380
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
FAMILLE
LOIN DU MONDE
         Entrez, mes souvenirs, | ouvrez ma solitude. 6+6
         Le monde m’a troublée ; | elle aussi me fait peur. 6+6
         Que d’orages encore | et que d’inquiétude 6+6
         Avant que son silence | assoupisse mon cœur ! 6+6
5 Je suis comme l’enfant | qui cherche après sa mère, 6+6
         Qui crie, et qui s’arrête | effrayé de sa voix. 6+6
         J’ai de plus que l’enfant | une mémoire amère : 6+6
         Dans son premier chagrin, | lui, n’a pas d’autrefois. 6+6
         Entrez, mes souvenirs, | quand vous seriez en larmes. 6+6
10 Car vous êtes mon père, | et ma mère, et mes cieux ! 6+6
         Vos tristesses jamais | ne reviennent sans charmes ; 6+6
         Je vous souris toujours | en essuyant mes yeux. 6+6
         Revenez ! Vous aussi, | rendez-moi vos sourires. 6+6
         Vos longs soleils, votre ombre, | et vos vertes frcheurs, 6+6
15 les anges riaient | dans nos vierges délires. 6+6
         nos fronts s’allumaient | sous de chastes rougeurs. 6+6
         Dans vos flots ramenés | quand mon cœur se replonge, 6+6
         Ô mes amours d’enfance ! | ô mes jeunes amours ! 6+6
         Je vous revois couler | comme l’eau dans un songe, 6+6
20 Ô vous, dont les miroirs | se ressemblent toujours ! 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie