DES_4/DES419
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
ENFANTS ET JEUNES FILLES
LE NUAGE ET L’ENFANT
         L’enfant disait au nuage 7
         « Attends-moi jusqu’à demain, 7
         Et par le même chemin 7
         Nous nous mettrons en voyage. 7
5 « Toi, sous tes belles lueurs ; 7
         Moi, dans les champs pleins de fleurs, 7
         Sur le cheval de mon père : 7
         Nous irons vite, j’espère ! 7
         « Je m’y tiens bien, tu verras ! 7
10 J’y monte seul à la porte ; 7
         Et quand mon père m’emporte, 7
         Je n’ai pas peur dans ses bras. 7
         « Quand il fait beau, comme un guide, 7
         En tête il me fait asseoir ; 7
15 Toi, d’en haut tu pourrais voir 7
         Comme je tiens bien la bride ! 7
         « Ah ! je voudrais d’ici là 7
         Ne faire qu’une enjambée 7
         Sur la nuit toute tombée, 7
20 Pour te dire : Me voilà ! 7
         « Mais je vais faire un beau rêve 7
         Où je rêverai de toi ; 7
         Jusqu’à ce que Dieu l’achève, 7
         Ami nuage, attends-moi ! 7
25 Comme il jetait les paroles 7
         De ses espérances folles, 7
         Le nuage décevant 7
         Glissait, poussé par le vent. 7
         Pourtant le bambin sautille, 7
30 L’oiseau chauffe, l’eau scintille, 7
         Et l’écho lui sonne au cœur : 7
         « Demain ! demain ! quel bonheur ! » 7
         Enfin le soleil se couche 7
         Et son baiser qui le touche 7
35 D’un voile ardent clôt ses yeux 7
         Qu’il tenait ouverts aux cieux. 7
         Près de rentrer chez sa mère, 7
         Au voyageur éphémère 7
         L’enfant veut parler encor, 7
40 Mais le beau fantôme d’or 7
         N’est plus qu’une vapeur grise 7
         Qu’avec un cri de surprise, 7
         L’enfant qu’il vient d’éblouir 7
         Voit fondre et s’évanouir. 7
45 Au cri de la petite âme, 7
         S’est élancée une femme 7
         Qui, le voyant sauf et sain, 7
         Boudeur l’emporte à son sein. 7
         Plaintif, le mignon s’y cache, 7
50 Déclarant ce qui le fâche, 7
         Que, sans son bel étranger, 7
         Il ne veut plus voyager ! 7
         « Si tu chéris les nuages, 7
         Mon amour, pour tes voyages 7
55 Le temps en aura toujours ; 7
         Il en passe tous les jours. 7
         — Ce ne sera plus le même, 7
         Celui-là, mère, je l’aime ! » 7
         Dit l’enfant, puis il pleura… 7
60 Et la femme soupira. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie