DES_4/DES426
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
ENFANTS ET JEUNES FILLES
LA PETITE PLEUREUSE, À SA MÈRE
         On gronde l’enfant 5
         À qui l’on défend 5
         De pleurer quand bon lui semble ; 7
         On dit que les fleurs 5
5 Sèchent bien des pleurs… 5
         Tu mêles donc tout ensemble ? 7
         Oui, maman, je t’ai vue avec ton air joyeux, 12
         Le rire sur la bouche et les larmes aux yeux. 12
         Au bal, sous ses bouquets, j’ai vu pleurer ma mère. 12
10 J’ai baisé cette larme, elle était bien amère. 12
         Viens que je te console. Avais-tu trop dansé ? 12
         Moi, je ne gronde pas ! Moi, quand mon pied lassé 12
         Me défend d’être bien aise. 7
         L’ennui qui me prend 5
15 M’arrête en courant, 5
         Et je m’endors sur ma chaise. 7
         Oh ! si je viens encor pleurer sur tes genoux, 12
         Maman, ne me dis plus : « Vous n’êtes pas gentille ! » 12
         Dansons, quand nous pouvons, ou pleurons entre nous, 12
20 Mais ne nous grondons pas : vois-tu, je suis ta fille, 12
         Et je t’aime, et je vais prier Dieu tous les jours 12
         De m’égayer beaucoup pour t’égayer toujours ! 12
         Embrasse donc bien fort ta petite chérie, 12
         Et jamais, plus jamais ne dis : « vous »…, je t’en prie ! 12
25 Ainsi consolons-nous et donnons-nous la main : 12
         Si nous pleurons ce soir, va ! nous rirons demain ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie