DES_4/DES439
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
POÉSIES DIVERSES
LA ROSE EFFEUILLÉE
DE COWFER
         Cette rose, ravie aux roses du jardin, 12
         Par l’ondée orageuse avait été touchée. 12
         On eût dit que des pleurs inondaient son beau sein, 12
         Et sa tête charmante était pâle et penchée. 12
5 Moi, pour vous l’apporter dans ses vierges appas, 12
         Je l’enlevai tremblante à sa verte patrie ; 12
         Mais j’atteignis son cœur imprudemment, hélas ! 12
         Et je la vis tomber toute morte, ô Marie ! 12
         J’en plaignis chaque feuille… inutile pitié ! 12
10 Qu’importe au cœur brisé votre tardif hommage ! 12
         Ainsi tombe des fleurs la plus frêle moitié. 12
         Chagrins silencieux, n’est-ce pas votre image ? 12
         Un jour de plus, Marie, elle eût brillé pour vous, 12
         Par le divin secours d’une innocente adresse ; 12
15 Car le sourire encor peut renaître plus doux 12
         Sous des pleurs qu’on essuie à force de tendresse. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie