DES_4/DES463
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES INÉDITES
1860
POÉSIES DIVERSES
PRIÈRE
ENVOYÉE AU MONT CARMEL
POUR LES PRISONNIERS DU MONT ST-MICHEL.
1843
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
         Volent s’abriter ; 5
5 Si l’ardent cantique 5
         Sorti de mon cœur, 5
         Du Carmel antique 5
         Allait au Seigneur : 5
         Je n’y porterais pas une superbe aumône. 12
10 Je n’ai rien. Mais plus près de ce roi qui pardonne, 12
         Je laisserais tomber les larmes de mes yeux 12
         Pour qu’il ouvre un Carmel à de chers malheureux. 12
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
15 Où les hirondelles 5
         Volent s’abriter : 5
         Sur les pieds du Seigneur je répandrais mon âme 12
         Il n’a repoussé, lui, ni l’enfant, ni la femme ; 12
         Et je lui montrerais n’ayant rameaux ni fleurs. 12
20 Du sombre Saint-Michel les stagnantes douleurs. 12
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
         Volent s’abriter : 5
25 Des sinistres hauteurs de ce cloître rigide 12
         Où la loi va suspendre un sursis homicide. 12
         Épiant les cris sourds qui ne s’entendent pas. 12
         J’en remplirais mon cœur pour les crier là-bas ! 12
         Si porteuse d’ailes 5
30 Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
         Volent s’abriter : 5
         Des mères sans repos veuves de jeunes vies 12
         À leurs chers désespoirs saintement asservies, 12
35 J’élèverais si haut les placets repoussés 12
         Que j’obtiendrais l’oubli des orages passés. 12
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
40 Volent s’abriter : 5
         J’irais, pour réchauffer ces cellules affreuses 12
         Où s’éteignent sans jour tant d’âmes malheureuses, 12
         J’irais, dans un amour à nul autre pareil, 12
         Porter, même au coupable, un baiser du soleil ! 12
45 Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
         Volent s’abriter : 5
         Frère, à qui je confie une clameur timide. 12
50 Vous qui montez toujours, charitable intrépide, 12
         Pèlerin tout chargé des trésors de la foi. 12
         Pour relever ses murs vous n’iriez pas sans moi. 12
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
55 Où les hirondelles 5
         Montent s’abriter. 5
         Allez donc prier Dieu de secouer la terre 12
         Afin d’en rejeter cette bastille austère. 12
         Oh ! comme il ouvrirait ses cachots étouffants ! 12
60 Oh ! qu’il rendrait d’air pur à ses pâles enfants ! 12
         Si porteuse d’ailes 5
         Je pouvais monter 5
         Où les hirondelles 5
         Montent s’abriter ; 5
65 Si l’ardent cantique 5
         Sorti de mon cœur 5
         Du Carmel antique 5
         Allait au Seigneur ! 5
On dit que le frère Charles d’Agui Santi, chargé de quêter pour rachèvement monastère hospitalier du Mont Carmel, vient d’être assassiné dans la montagne en reportant les aumônes qu’il avait recueillies avec tant de fatigues.
Le vrai chrétien est monté bien plus haut qu’au but de sa mission terrestre. Il est rentré bien jeune dans la divine patrie, l’âme encore émue des voix qui s’étaient réunies à Paris dans un concert sacré pour aider à l’œuvre de dévouement et de charité des solitaires de la Palestine.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie