DLR_3/DLR250
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
TENDRESSES
L'INJUSTICE
         Pendant que notre corps et notre âme se donnent 12
         Librement à notre seul homme, 8
         Que pures, fraîches, libres, 6
         Riches du trésor d'être honnêtes, 8
5 Nous contentons ainsi le rêve de nos têtes 12
         Et de nos fibres, 4
         Je pense, avec un cœur serré, 8
         A vous qui, malgré vous, faites l'amour, les filles ! 12
         A votre pauvre corps de louage qu'on pille, 12
10 Et mon être est meurtri des maux que vous souffrez. 12
         Les instincts ont croisé leurs lames de duel : 12
         Le mâle que tourmente une bête cachée 12
         S'approche. On lui vendra le geste naturel. 12
         L'un cherche son plaisir, l'autre cherche son pain. 12
15 Chacun sa faim ! 4
         C'est la quotidienne bouchée. 9
         Or les épouses sont, dans leur lit bienheureux, 12
         Avec l'homme choisi roulé dans leurs cheveux, 12
         Celles qu'on respecte et qu'on berce et qu'on soigne… 11
20 Les filles ! Vous aussi êtes celles qu'on soigne, 12
         Mais c'est au fond des lupanars ! 8
         Pour que tout homme de hasard 8
         Puisse en sécurité vous broyer dans ses poignes 12
         Ainsi l'amour public déferle sur vos corps 12
25 Sans que jamais personne vous aime. 9
         Et vous ne savez plus vous-mêmes 8
         La profondeur d'horreur de votre sort. 10
         — Très précieuse chair dont on a perdu l'âme, 12
         Ah ! combien dans mon cœur s'amasse de rancune 12
30 Contre votre fatale et mauvaise fortune, 12
         Filles qui, malgré tout, êtes ma sœur la femme ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie