DLR_3/DLR254
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
LES CHALANDS
A Ch. Th. Féret.
         Aux tournants troubles de la Seine, mes chalands 12
         Avec leurs mariniers blonds et roux à l'arrière, 12
         Défilent sous mes yeux, à la remorque, lents, 12
         Un pot de fleurs à leurs fenêtres batelières. 12
5 J'aime les regarder, bien chargés, bien fournis. 12
         Ils sont assis sur leur reflet quand ils s'arrêtent, 12
         Et l'eau douce vient caresser comme une bête 12
         Et faire respirer leurs beaux ventres vernis. 12
         La Seine de Paris sans verdure et sans grève, 12
10 Je voudrais la quitter pour m'en aller comme eux, 12
         — Passant au fil de l'eau par Rouen et la Hève, — 12
         Regagner l'estuaire avec son cap brumeux. 12
         Car ils vont jusqu'au bout de ma Seine normande, 12
         Et moi, certains soirs lourds ou certains matins clair 12
15 Je sens, rien qu'à les voir, que mon âme demande 12
         Quelque chose… Et je suis en peine de la mer. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie