DLR_3/DLR255
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
EN FORET
         Viens… Si nous désirons reposer sur le sol, 12
         Voici que la forêt nous offre dès le seuil 12
         Le calme enseveli parmi ses mousses molles, 12
         Ses colonnes de bois, ses millions de feuilles. 12
5 N'aurons-nous pas d'abord une sorte de peur 12
         A coudoyer la horde immobile des arbres 12
         Que l'éternel lichen des solitudes marbre, 12
         A coucher notre vie infime sous la leur ? 12
         Au loin, s'éloignera l'âme ancienne des chasses. 12
10 Mais les chênes, les pins, les hêtres, comme avant, 12
         Continueront, gardant leur immuable place, 12
         Leurs siècles de soleil, d'ombre, de ciel, de vent. 12
         Et nous, pour confronter la faiblesse et la force, 12
         Nous poserons nos bras sur leurs membres ligneux, 12
15 Et, sur l'inconsciente et centenaire écorce, 12
         Notre force hâtive où regardent des yeux. 12
         Alors, seuls, écoutant le cœur vague et tranquille 12
         De la terre, qui bat aux poitrines des troncs, 12
         En silence, riant d'orgueil, dressant le front, 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie