DLR_3/DLR258
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
TOUT LE PRINTEMPS…
         Tout le printemps pèse sur moi 8
         Avec le souvenir de l'enfance perdue 12
         Qui secouait les fleurs des arbres sur sa joie 12
         Et jetait aux jardins son rire suraigu. 12
5 Branches de mars que j'ai tenues, 8
         Écloses, sur mon cœur puéril d'autrefois, 12
         Se peut-il qu'aujourd'hui, sans frémir, je vous voie 12
         Bercer dans le ciel bleu vos bouquets revenus ? 12
         Comment courber vos belles hampes 8
10 Jusqu'à ma bouche où dort le complexe baiser, 12
         Appuyer la chaleur fiévreuse de mes tempes 12
         Sur vos pétales purs, lourds d'un peu de rosée ?… 12
         — Plus rien en moi n'est innocent 8
         Et j'ai honte des fleurs que la saison me donne, 12
15 Et je voudrais la sœur de mon âme, l'automne 12
         Mortifiée, amère, âpre, couleur de sang… 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie