DLR_3/DLR260
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
LES ROSES
A la Comtesse Jacques de Chabannes la Palice.
         Nous savons que la vie encombre le lointain 12
         De sa dangereuse marée. 8
         Et pourtant, à travers la fenêtre carrée, 12
         Vois le beau temps de ce matin ! 8
5 Le jardin mûr frémit, plein de choses écloses, 12
         Mais les rosiers, mais les rosiers !… 8
         Ce jour sera comme un brasier 8
         Où vivra la fraîcheur émouvante des roses. 12
         Quand nous nous pencherons pour respirer leur cœur, 12
10 Elles nous mouilleront la bouche ; 8
         Elles pleurent quand on les touche, 8
         Car un peu d'eau nocturne est dans leur profondeur. 12
         Elles ont le contour lisse des belles joues ; 12
         Elles ont du soufre et de For. 8
15 Les rouges ont troué tout le vert du décor 12
         De leurs impérieuses roues. 8
         Les froides blanches vont mourir de pureté 12
         En leur douceur de lingerie, 8
         Mais la passionnée et pâle rose-thé 12
20 Embaume encore défleurie, 8
         Et si la chaleur rend vineux 8
         Le sang moins délicat des larges roses roses, 12
         L'une d'elles va choir sans causes, 8
         Lourde, au bout d'une tige où s'en balançaient deux… 12
25 — Toutes, nous vous prendrons en boutons ou vieillies, 12
         Et nous presserons sur nos cœurs, 8
         Inégales de taille, humides et cueillies, 12
         Vos verdures et vos couleurs, 8
         Roses, chair végétale ineffablement creuse 12
30 Pleine de sucre et de parfum, 8
         Par qui, si vous comblez nos paumes amoureuses, 12
         Nous oublions la vie et son sens importun ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie