DLR_3/DLR264
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
JUILLET
         L'air brûlant fait vibrer les horizons ruraux ; 12
         Un excessif soleil rend l'ombre plus profonde. 12
         Dans notre jardin calme où la verdure abonde, 12
         L'après-midi sommeille au cœur des bosquets chauds. 12
5 Voici le lierre sombre où reluit une abeille, 12
         La vigne, les rosiers, les fruits déjà joufflus. 12
         L'herbe couchée encor par le vent de la veille, 12
         Et toi !… tout ce que j'aime au monde, et rien de plus. 12
         Pas un souffle n'atteint les roses éclatées ; 12
10 Les arbres inégaux sculptent le grand ciel clair… 12
         Ah ! nous demeurerons souvent jusqu'aux nuitées 12
         Sous la tonnelle ronde où filtre un jour si vert ! 12
         Ne disons rien. Là-bas parle une voie décrue ; 12
         Tout à l'heure, un lointain chariot cahotait ; 12
15 On ne sait presque plus qu'on existe. On se tait 12
         Parmi cette rumeur quelconque de la rue. 12
         Ne disons rien. Il fait indifférent et bon ; 12
         Je viens de voir tomber une rose fanée… 12
         Écoutons, assoupis de satisfaction, 12
20 Battre tout doucement le cœur de la journée 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie