DLR_3/DLR271
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE LONG DES JARDINS ET DE L'EAU
BOUFFÉE
         En contradiction avec celte âpre automne, 12
         Je songe à l'été monotone. 8
         Mon âme s'ouvre au souvenir des beaux soirs d'août 12
         Avec leurs vers luisants et leurs crapauds partout. 12
5 Chacun luisait comme une unique pierre, 10
         Chacun chantait comme une flûte à un seul trou. 12
         Goutte de son, goutte de lumière, 9
         Notes et lueurs, si près, si loin, 8
         Parmi la nuit touffue et qui sentait le foin… 12
10 Beaux soirs, beaux soirs dans les prairies, 8
         Je pense à vous du fond de l'automne marrie. 12
         Je pense à vous, moments à tout jamais perdus 12
         Troublés de vers luisants et de crapauds aigus, 12
         Heures qui reviendrez dès le prochain été 12
15 Identiques aux soirs que vous avez été, 12
         Alors qu'ayant aimé, songé, changé, vécu, 12
         Nos cœurs passés seront comme s'ils n'étaient plus… 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie