DLR_3/DLR325
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
DE MOI-MÊME
AMIE
         Mon regard vainement attentif et subtil 12
         S'est plongé dans les yeux mystérieux des femmes. 12
         O mon regard lassé ! se peut-il, se peut-il 12
         Que le silence soit si rare au fond des âmes ?… 12
5 Mais les lacs troubles sont plus profonds que les yeux, 12
         Et voici dans les eaux la commençante automne. 12
         Allons voir luire au cœur de ses bois qui moutonnent 12
         Des morceaux de couchant entre les sapins bleus. 12
         Elle meurt chaque jour tragiquement au monde ; 12
10 Ses saules sont plus beaux que des cheveux défaits… 12
         Ah ! qui vaudra jamais cette grande âme blonde 12
         Qui s'effeuille sur nous au passage et se tait ? 12
         — Tu seras mon amie, automne ardente et sobre, 12
         Et j'appuierai mon cœur contre ton cœur brisé, 12
15 Et tu me donneras tes lèvres à baiser 12
         Sur l'humide douceur de tes roses d'octobre. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie