DLR_3/DLR334
Lucie Delarue-Mardrus
HORIZONS
1905
LE DÉPART
LE DÉPART
         La géante géographie 8
         Se forme et se déforme en nos esprits songeurs. 12
         Assez de vous, pensée, art et philosophie ! 12
         Nous ne serons plus rien que d'obscurs voyageurs. 12
5 Sans doute l'Équateur et les eaux antarctiques 12
         Brûleront et noieront le reste des éthiques 12
         Qui nous rongent. Jetons nos filets et passons. 12
         Prenons les continents comme de beaux poissons. 12
         Nous sommes excédés des villes infertiles : 12
10 Partons vers un pays follement vierge et vert. 12
         Partons égrener sur la mer 8
         Le collier monstrueux des îles. 8
         Nos bouches que blessa l'amertume des mots 12
         Se guériront avec de rudes idiomes. 12
15 Nous laisserons sombrer, clans la mer, le fantôme 12
         De l'Europe quittée où vécurent nos maux. 12
         Départ. Dans tous les ports, des vaisseaux se balancent ; 12
         Nous avons le mal du pays. 8
         Départ. Départ. Nos cœurs vers l'horizon s'élancent, 12
20 Et nos secrets instincts doivent être obéis. 12
         Tant de peine et d'hypocrisies 8
         Peuvent se quitter sans adieux. 8
         Et si la mort nous guette au fond de nos Asies, 12
         Nous voulons bien mourir sur les genoux des dieux. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie