DRX_1/DRX4
Léon Dierx
POÈMES ET POÉSIES
1864
L’Image
         La terre dans le ciel promène 8
         Sa face où vit l'humanité. 8
         La terre va ; la vie humaine 8
         Ronge son crâne tourmenté. 8
5 Les hommes courent à leurs quêtes 8
         Sur la terre, ardents et pressés ; 8
         Comme aux vieux masques des coquettes 8
         S'obstinent les anciens pensers. 8
         La terre est vieille et décrépite, 8
10 Et rêve encor, spectre blafard ; 8
         La terre croit qu'un cœur palpite 8
         Entre ses os couverts de fard. 8
         Chaque jour, de son front par masse 8
         Tombent son plâtre et ses cheveux. 8
15 La vie imbécile grimace, 8
         S'enivrant des plus doux aveux. 8
         Et quand revient le crépuscule 8
         Traînant la nuit, parfait miroir, 8
         Jamais sous l'horreur ne recule 8
20 La terre qui ne veut pas voir ! 8
         — Le temps d'un bras robuste enserre 8
         Ta carcasse, et la fait craquer ! 8
         Regarde enfin d'un œil sincère 8
         Là-haut ton corps se décalquer ! 8
25 C'est trop longtemps te rendre hommage 8
         Sous ton reflet morne et hideux. 8
         Reconnais-toi dans ton image ; 8
         Confrontez-vous toutes les deux : 8
         O terre lasse ! ô lune inerte ! 8
30 Foyer mourant ! Cendre des morts ! 8
         Toi, que partout l'espoir déserte ! 8
         Toi, qui n'as plus même un remords ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie