DUC_2/DUC36
Alexandre Ducros
Les Caresses d'Antan
1986
Blanche
         Du jardin odorant la pénétrante haleine 12
         Embaumait l'air du soir, et le chant des oiseaux 12
         Qui regagnaient leur nid se taisait dans la plaine, 12
         Et les zéphirs couraient à travers les roseaux. 12
5 Le soleil avait fui derrière la colline, 12
         Le ruisseau caressait les berges du sentier. 12
         C'était l'heure où l'étoile au ciel bleu s'illumine, 12
         Où le recueillement couvre le monde entier. 12
         L'était l'heure d'amour pour le rêve choisie ; 12
10 Le moment solennel qu'on ne peut définir, 12
         Où tout n'est que rayons, extase, poésie, 12
         Où le cœur veut aimer, où l'âme veut bénir ! 12
         Nous marchions… et nos voix étaient pourtant muettes 12
         Nous tenant par la main nous allions devant nous, 12
15 Écoutant la nature en ses hymnes secrètes, 12
         Concert mystérieux, insaisissable et doux ! 12
         Et mon cœur inondé d'une ivresse suprême 12
         Tressaillit tout à coup, à moitié du chemin, 12
         Un cri s'en échappa : — « Blanche ! Blanche ! je t'aime ! » 12
20 Et je sentis ta main qui tremblait dans ma main. 12
         O douces voluptés ! ineffables ivresses ! 12
         A cet aveu brûlant un autre répondit ! 12
         Et le bruit d'un baiser qui scellait nos promesses 12
         Éveilla le bosquet… Mais nul ne l'entendit ! 12
25 Et moi, de cet aveu j'ai fait toute ma vie ; 12
         J'ai pris dans ton baiser ma force et mon espoir, 12
         Et j'ai senti descendre en moi la poésie 12
         Qui chantait par ta voix dans les splendeurs du soir ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie