DUC_2/DUC38
Alexandre Ducros
Les Caresses d'Antan
1986
Gabrielle
         Il m'en souvient, voici longtemps ! 8
         J'avais un cœur croyant et tendre, 8
         Je le gardais jusqu'à vingt ans, 8
         Puis un soir la mort vint le prendre ! 8
5 Le prendre en son berceau doré, 8
         Que balançait un heureux songe… 8
         Il fut tué par le mensonge ! 8
         O mon pauvre cœur enterré ; 8
         Miserere ! 4
10 Miserere ! 4
         Il était simple et confiant, 8
         Toujours dans une paix profonde, 8
         Il ne s'endormait qu'en priant. 8
         En priant Dieu pour tout le monde. 8
15 Il vivait tranquille, ignoré, 8
         Lorsqu'un jour, avec son escorte, 8
         L'amour vint frapper à sa porte… 8
         O mon pauvre cœur enterré ; 8
         Miserere ! 4
20 Miserere ! 4
         — « Viens ! lui dit-il, viens ! suis mes pas ! » 8
         Mon cœur suivit l'amour funeste… 8
         Hélas ! je ne vous dirai pas 8
         Du voyage quel fut le reste ! 8
25 Mais il revint tout ulcéré, 8
         Pleurant l'illusion perdue. 8
         Sa voix ne fut pas entendue ! 8
         O mon pauvre cœur enterré ; 8
         Miserere ! 4
30 Miserere ! 4
         — « Adieu, mon ami, me dit-il, 8
         Que ma mort par toi soit bénie ; 8
         Élie t'affranchit du péril 8
         Et te fait libre de ta vie ! 8
35 Tu peux la conduire à ton gré, 8
         Sur mon cercueil jette ces roses, 8
         Mortes, hélas ! à peine écloses ! » 8
         O mon pauvre cœur enterré ; 8
         Miserere ! 4
40 Miserere ! 4
         Il rendit le dernier soupir 8
         En murmurant une prière. 8
         L'oubli, qui l'avait'fait mourir, 8
         L'escorta seul au cimetière ! 8
45 Il dort dans un coin ignoré, 8
         Ce doux ami de ma jeunesse 8
         Il parfumera ma vieillesse, 8
         De son parfum évaporé… 8
         Miserere ! 4
50 Miserere ! 4
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie