DUC_2/DUC57
Alexandre Ducros
Les Caresses d'Antan
1986
CAMILLE !
Camille
         Comme une aube calme, sereine, 8
         Tes jours se levaient radieux, 8
         Et la muse d'or souveraine 8
         T'ouvrait le temple de ses Dieux. 8
5 A peine à sa première stance, 8
         Ta jeune et paisible existence 8
         Était un chant de Floréal ! 8
         Et tes heures, hélas, trop brèves, 8
         S'écoulaient pures, dans les rêves 8
10 Du Beau, du divin Idéal ! 8
         Tout n'était que promesse et joie ; 8
         L'espoir fleurissait dans ton cœur, 8
         Nul caillou n'encombrait la voie, 8
         Où se posait ton pied vainqueur. 8
15 A l'horizon que rien ne voile, 8
         Ton regard contemplait l'étoile 8
         Dont l'avenir s'illuminait. 8
         Des rayons de l'astre splendide 8
         Qui devait te servir de guide, 8
20 Ton jeune front se couronnait ! 8
         Mais tout à coup un vent d'orage, 8
         Présageant les sombres douleurs, 8
         Sur l'étoile jette un nuage, 8
         Qui te dérobe ses lueurs ! 8
25 Et le sourire de tes lèvres 8
         S'efface sous les pâles fièvres ; 8
         Ton front se penche, et de ta main, 8
         La lyre, ô Camille, s'échappe, 8
         Et voilà que la mort te frappe, 8
30 A peine au début du chemin ! 8
         Jeunesse, espoir, rêves superbes, 8
         Rêves d'une âme de vingt ans, 8
         Se sont flétris comme les herbes, 8
         Au souffle mortel des antans ! 8
35 La maison s'emplit de ténèbres 8
         Et l'on entend des chants funèbres 8
         Sur l'orgue, hier mélodieux ; 8
         Et la maison est désolée, 8
         Et ton départ, chère envolée, 8
40 A mis des pleurs dans tous les yeux ! 8
         Tu t'en vas avec tes croyances, 8
         Sans avoir connu d'ici-bas 8
         Le doute, — ni les défaillances, 8
         De la vie et de ses combats ! 8
45 Tu pars, souriante et bénie, 8
         Planer dans la sphère infinie 8
         D'éternelle sérénité ! 8
         Et Dieu vient parer l'ossuaire 8
         Avec la neige, blanc suaire 8
50 Qu'il étend sur ta chasteté !(1) 8
(1) Il tomba une neige épaisse juste au
moment où l'on eut recouvert la fosse
de Camille, le jour de l'enterrement.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie