DUC_3/DUC114
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
Troisième partie
(1871-1885)
La mort de Gambetta
         Hoenzollern exulte | et le Germain respire ; 6+6
         Un immense soulagement 8
         A dilaté le cœur | des sujets de l'Empire, 6+6
         Et calmé le ventre Allemand. 8
5 Il pourra digérer, | cuver dans la taverne, 6+6
         En paix, le ferment des houblons, 8
         La joie éclate enfin | au pays gouverne 6+6
         L'Empereur des ivrognes blonds. 8
         L'homme en qui s'incarnait | la revanche implacable, 6+6
10 Le tribun au verbe invaincu ; 8
         L'homme à la foi robuste | et tenace, impeccable, 6+6
         L'ardent patriote a vécu ! 8
         Gambetta !
         Ce nom seul | aux oreilles germaines, 6+6
         Sonnait comme un clairon d'airain ! 8
15 Et les ans s'écoulaient | courts comme des semaines… 6+6
         Et tous regardaient vers le Rhin ! 8
         Il s'élevait un bruit | mesuré de ses grèves ; 6+6
         Un bruit de régiments au pas !… 8
         Puis, en proie aux terreurs | de fantastiques rêves, 6+6
20 Qu’Hoffmann ne raconterait pas, 8
         La nation gloutonne | aux yeux bleus de pervenche 6+6
         Que le servilisme hébéta, 8
         Criait : « voici le jour | sanglant de la revanche, 6+6
         Que nous réservait Gambetta ! » 8
25 Mais aujourd'hui la peur | ne tient plus aux entrailles. 6+6
         Ce peuple affolé de pillards ; 8
         Il laisse aux arsenaux | ses engins de mitrailles, 6+6
         Qu'il se forgeait de nos milliards. 8
         Il dit : « Buvons ! chantons ! | pour nous commence une ère 6+6
30 Plus calme, et notre ciel est clair ; 8
         Celui qu'on redoutait | comme un coup de tonnerre, 6+6
         A disparu comme un éclair ! 8
         Si la France est en deuil, | si la nation pleure, 6+6
         Ne buvez pas ! ne chantez pas ! 8
35 La foudre ébranlera, | lorsque sonnera l'heure, 6+6
         La terre titubent vos pas ! 8
         L'homme au grand cœur n'est plus, | mais le cœur de la France, 6+6
         Sur qui son souffle avait passé, 8
         N'a point dans un cercueil | cloué son espérance ; 6+6
40 Sa haine n'a point trépassé ! 8
mètre profils métriques : 6+6, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie