DUC_3/DUC68
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
Néro
Oraison funèbre du chien de Napoléon III
         Néro n'est plus ! pleurez Néro ! 8
         Les cent voix de la Renommée, 8
         Sur sa tombe à peine fermée, 8
         Disent comme un funèbre écho ; 8
5 Néro n'est plus ! pleurez Néro ! 8
         L'Europe entière est informée, 8
         Que le trépas, cruel bourreau, 8
         A mis fin à sa destinée !… 8
         Néro n'est plus ! pleurez Néro ! 8
10 Qui donc remplacera Néro ? 8
         C'était un noble caractère ; 8
         Il savait tout voir et se taire, 8
         Muet comme un poisson dans l'eau. 8
         Qui donc remplacera Néro ? 8
15 Qu'en prévision de la guerre, 8
         On réformât guêtre… et shako, 8
         Il n'en touchait aucun salaire. 8
         Qui donc remplacera Néro ? 8
         Il avait du bon sens, Néro ; 8
20 Il prenait en pitié les hommes, 8
         Et certes, tous, tant que nous sommes, 8
         Nous n'allons pas à son niveau ; 8
         Il avait du bon sens, Néro ! 8
         Quand son maître, à travers royaumes, 8
25 S'en allait conquérir… zéro ! 8
         Il ne calculait point les sommes, 8
         Il avait du bon sens, Néro ! 8
         Il vivait tranquille, Néro, 8
         Modeste autant que philosophe, 8
30 Toujours vêtu de même étoffe, 8
         Qu'il fit vilain ou qu'il fit beau, 8
         Il vivait tranquille, Néro. 8
         Il n'eut point bravé l'apostrophe. 8
         Pour avoir simarre ou manteau, 8
35 Exempt aussi de catastrophe, 8
         Il vivait tranquille, Néro ! 8
         Comme il était surpris, Néro, 8
         Quand il voyait monter, descendre, 8
         Des gens empressés de se rendre, 8
40 A l'appel d'un titre nouveau, 8
         Comme il était surpris, Néro ! 8
         Pour lui tous avaient la voix tendre. 8
         On l'eût baisé sur le… museau, 8
         Si le maître eût pu voir, entendre ! 8
45 Comme il était surpris, Néro ! 8
         Il aimait son maître, Néro, 8
         Sans savoir ce qu'était son maître ! 8
         Et, seul, il l'aimait sans connaître, 8
         Quelle pourpre frôlait sa peau ! 8
50 Il aimait son maître, Néro ! 8
         Les courtisans aiment, peut-être, 8
         Pour un parchemin, un lambeau, 8
         Qui pourra tenir lieu d'ancêtre… 8
         Il aimait son maître, Néro ! 8
55 Il était fidèle, Néro ! 8
         Fidèle comme un terre-neuve. 8
         Seul, un chien peut offrir la preuve, 8
         D'un dévoûment si grand, si beau ! 8
         Il était fidèle, Néro ! 8
60 De l'hymen subit-il l'épreuve ? 8
         En alluma-t-il le flambeau ?… 8
         Ah ! dans ce cas plaignons sa veuve… 8
         Il était fidèle, Néro ! 8
         Néro n'est plus ! pleurez Néro ! 8
65 Déjà la terre le recouvre, 8
         Et pour lui l'éternité s'ouvre 8
         Avec les portes du tombeau ! 8
         Néro n'est plus ! pleurez Néro ! 8
         Devant la mort, qu'on se découvre ; 8
70 Elle rit du sort le plus beau !… 8
         Le Cent-Garde qui veille au Louvre, 8
         N'en a point défendu Néro ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie