DUC_3/DUC70
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
« La Cloche »
(Journal)
à Fevragus (Louis Ulbach)
         Pour les dormeurs et pour les sourds, 8
         De ta vigueur offre la preuve. 8
         Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
         Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
5 Ceux qui, combattant le sommeil, 8
         Debout interrogeaient la nue, 8
         Regardent si l'heure est venue, 8
         L'heure du splendide réveil ! 8
         Sur la montagne et la vallée, 8
10 L'aube blanchit, voici le jour ! 8
         Que la Cloche, pour son retour, 8
         Retentisse à pleine volée ! 8
         De la liberté, ses amours, 8
         La France ne sera plus veuve… 8
15 Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
         Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
         La liberté ne peut mourir. 8
         Vierge par Dieu même enfantée, 8
         Autour de la ressuscitée, 8
20 Je vois les hommes accourir. 8
         A ceux que la frayeur attelle, 8
         Au joug de la servilité, 8
         Du retour de la liberté, 8
         Sonneur annonce la nouvelle ! 8
25 A la ville, aux champs, tous les jours, 8
         Qu'à son onde pure on s'abreuve ! 8
         Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
         Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
         Si d'aventure quelques-uns, 8
30 Voulaient lui barrer le passage, 8
         Entraver son noble message, 8
         Par des discours inopportuns ; 8
         Alors, point de miséricorde, 8
         Ameute la foule sur eux, 8
35 Et sonne d'un bras vigoureux, 8
         Dans tes mains dut casser la corde ! 8
         Couvre leurs décevants discours, 8
         Nous en avons subi l'épreuve ! 8
         Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
40 Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
         Sois juste, ne sois point brutal ; 8
         A toute action noble et grande, 8
         Intègre sonneur fais l'offrande, 8
         Des hymnes de ton dur métal ! 8
45 Du salon ou de l'humble gîte, 8
         Si la vérité sort, il faut 8
         L'acclamer, la chanter bien haut, 8
         C'est la liberté qui profite ! 8
         Et guerre, à qui veut tous les jours, 8
50 Qu'en un parti pris on se meuve. 8
         Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
         Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
         Oui, sonne, intrépide sonneur, 8
         Pour la vertu, pour le courage, 8
55 Mais ne sonne point pour l'outrage 8
         Le pays y perd son honneur ! 8
         Nul avantage n'en résulte. 8
         Alors qu'ils déchirent ses droits, 8
         La France peut tuer ses rois, 8
60 Mais non leur prodiguer l'insulte ! 8
         Pour ceux qui veulent être sourds, 8
         Quatre-vingt-treize est une preuve ! 8
         Allons, sonneur, ta Cloche est neuve, 8
         Sonne longtemps, sonne toujours ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie