DUC_3/DUC76
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
Le Carnaval sous l'Empire
         Le carnaval s'en est allé. 8
         Ah ! mon dieu, qu'il était morose ! 8
         Qu'il était triste, désolé, 8
         Sous son plâtre teinté de rose. 8
5 Que sont devenus les beaux jours, 8
         Des lazzis et des mascarades, 8
         De la folie et des amours, 8
         Des danses et des sérénades ?… 8
         Jadis le carnaval joyeux, 8
10 Courait et sautait dans la rue, 8
         Comme un poulain impétueux, 8
         Qui par les prés bondit et rue. 8
         Aujourd'hui, honteux et muet, 8
         Il se montre à peine ou se cache. 8
15 Le Chicard au lieu d'un plumet, 8
         Prend au corbillard son panache ! 8
         Elle a fêlé tous ses grelots, 8
         Cette vieille gaîté gauloise, 8
         Dans les salons où coule à flots, 8
20 La sottise lourde et bourgeoise ! 8
         Eh ! peut-il en être autrement, 8
         Par ce règne du tripotage, 8
         Où tout, jusques au sentiment, 8
         Est affaire d'agiotage ? 8
25 Où tout s'escompte, où tout se vend, 8
         Où l'on veut gagner gros et vite, 8
         Où l'or d'un fripon bien souvent, 8
         Lui tient lieu d'honneur, de mérite ; 8
         Où tout n'est que ficelle et truc, 8
30 Où l'on rit des grands sacrifices, 8
         Où tout est recouvert en stuc ; 8
         Les hommes et les édifices ; 8
         Où le chemin, le seul choisi, 8
         Est celui de la ligne courbe, 8
35 Où tout est faux, louche, moisi, 8
         Où le plus franc est le moins fourbe ! 8
         O Carnaval vif et moqueur, 8
         Oui, ton visage était fantasque, 8
         Mais aujourd'hui, c'est sur le cœur, 8
40 Que les hommes mettent un masque ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie