DUC_3/DUC77
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
Dimanche
         Allons, mets la chemise blanche, 8
         Laisse tenailles et rabots, 8
         Rude ouvrier, voici dimanche, 8
         Dimanche, le jour du repos. 8
5 Les violettes, les pervenches, 8
         Dans les bois embaument déjà. 8
         Les oiseaux chanteurs, dans les branches, 8
         Entonnent un Alléluia. 8
         C'est Dimanche I — La grande ville, 8
10 Aux milliers de voix et de bras, 8
         Paris, si bruyant, est tranquille, 8
         Comme Brives ou Carpentras. 8
         C'est Dimanche ! C'est jour de fête ! 8
         Dans le ciel bleu rit le soleil, 8
15 Et pour ajuster sa toilette, 8
         La nature sort du sommeil. 8
         C'est le jour des franches ribotes, 8
         Des champêtres ébattements, 8
         Et des douteuses gibelottes, 8
20 D'où sortent des miaulements ! 8
         On chante, on boit, on fait ripaille. 8
         Il faut bien arroser un peu. 8
         Tous ces gosiers que la limaille, 8
         Pendant six jours a mis en feu ! 8
25 Aux yeux qu'ont obscurcis les veilles 8
         Des ateliers, noires prisons, 8
         Il faut bien offrir les merveilles, 8
         Des magnifiques horizons ? 8
         A ces oreilles assourdies, 8
30 Par le bruit du fer et du bois, 8
         Il faut de pures harmonies, 8
         Pour les récréer quelquefois ! 8
         Laissez donc, retroussant sa manche, 8
         Brutalement, mais à plein cœur, 8
35 L'ouvrier courir le dimanche, 8
         Après un moment de bonheur. 8
         Si facilement on l'exalte, 8
         Si pour lutter ses bras sont prêts, 8
         C'est qu'il ne veut point voir de halte 8
40 Dans les étapes du progrès. 8
         Mais, ce n'est pas lui qui déserte 8
         L'atelier pour le carrefour, 8
         Lorsque l'émeute crie : « Alerte ! » 8
         Et dérange à peine un faubourg ; 8
45 Il ne sort pas de ces enceintes 8
         Où pour arme il a son outil. 8
         Aux jours de rebellions saintes, 8
         C'est alors qu'il prend un fusil ! 8
         A son courroux il s'abandonne, 8
50 Des rois il prononce l'arrêt, 8
         Et dans ses mains il brise un trône, 8
         Comme un enfant brise un jouet ! 8
         Allons ! mets la chemise blanche, 8
         Laisse tenailles et rabots, 8
55 Rude ouvrier voici dimanche, 8
         Dimanche, le jour du repos ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie