DUC_3/DUC84
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
Pierrot devant la Basse-Cour(1)
         La ferme en est toute troublée. 8
         Bien longtemps on en parlera. 8
         La Basse-Cour s'est assemblée ; 8
         Oie et dindon… et cætera. 8
5 Il s'agit d'une cause grave ; 8
         Pierrot, lui que l'on persiflait, 8
         Lui, le fuyard, s'est montré brave : 8
         Il vient de tuer un poulet. 8
         Des témoins on dresse les listes, 8
10 Sur l'accusé sont les regards, 8
         Et sur les bancs des journalistes, 8
         Viennent s'asseoir… quelques canards. 8
         Silence ! écoutons, on le juge ! 8
         La basse-cour ne souffle mot. 8
15 Grand Dieu ! quel sera le refuge, 8
         De cet infortuné Pierrot ! 8
LE PRÉSIDENT
         — « Accusé, levez-vous. — En somme, 8
         Votre passé n'a rien de bon… 8
(Paternellement)
         Mais, rassurez-vous, mon brave homme, 8
20 Je n'y fais pas attention. 8
UN TÉMOIN
         — « Je témoigne que la victime, 8
         De son bec n'avait pas usé, 8
         Chacun l'avait en grande estime… » 8
LE PRÉSIDENT, au témoin
         — « Chut ! n'insultez pas l'accusé ! » 8
UN AUTRE TÉMOIN
25 — « Le poulet qui dort dans la tombe, 8
         Sur lui, nul ne s'est abusé, 8
         Était doux comme une colombe… » 8
LE PRÉSIDENT, au témoin
         — Chut ! n'insultez pas l'accusé ! » 8
UN JEUNE COQ. (2)
         — « Oui, l'accusé dans sa colère, 8
30 — De mon ergot que n'ai-je usé ! — 8
         A mis à mort mon jeune frère… 8
LE PRÉSIDENT
         — « Chut ! n'insultez pas l'accusé ! » 8
UN TÉMOIN qui n'a rien vu
         — « Moi, je ne sais rien, et pour cause, 8
         Car ce jour-là j'avais osé, 8
35 Loin des regards conduire Rose… » 8
LE PRÉSIDENT
         — « Chut ! n'insultez pas l'accusé ! » 8
L'AVOCAT DE LA PARTIE CIVILE
         — « Pierrot la preuve vous terrasse ; 8
         Par vos mains le sang fut versé 8
PIERROT à l'avocat
         — « Vous en avez menti !… » — « De grâce ! 8
LE PRÉSIDENT à l'avocat
40 N'insultez donc pas l'accusé ! 8
INCIDENT D'AUDIENCE
         Dans tous les yeux brille une larme, 8
         Le Président s'est reposé, 8
         Et, plein de respect, un gendarme, 8
         Passe sa chique à l'accusé, 8
(1) Parodie du procès de Pierre Bonaparte devant
la Haute-Cour, à Blois.
(2) Ulrich de Fonvielle, qui accompagnait Victor
Noir chez Pierre Bonaparte.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie