DUC_3/DUC87
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
PREMIÈRE PARTIE
(1867-1870)
Parisiens, veillez !!!
         L'Empereur avec Émile (1) 7
         Sont satisfaits et charmés. 7
         Enfin, Paris est tranquille ; 7
         Parisiens, dormez ! 5
5 Chacun a repris bien vite, 7
         Ses travaux accoutumés, 7
         A l'ombre du Plébiscite, (2) 7
         Parisiens, dormez ! 5
         Les engins de barricades 7
10 Chez Richer sont renfermés. (3) 7
         Désormais plus d'algarades ; 7
         Parisiens, dormez ! 5
         Plichon, de Grammont et Mège. 7
         Excellences sont nommés ; 7
15 Pour combien de temps ?… le sais-je ? 7
         Parisiens, dormez ! 5
         De Girardin qui s'efface. 7
         En les voyant acclamés, 7
         Au Sénat cherche une place. 7
20 Parisiens, dormez ! 5
         Or, les Sénateurs, vieux braves, 7
         Tiennent les abords fermés. 7
         Avec nos Sénateurs graves, 7
         Parisiens, dormez ! 5
25 Mais il se forme un nuage, 7
         Sur nos toits ensoleillés… 7
         Je sens venir un orage 7
         Parisiens, veillez ! (4) 5
(1) Émile Ollivier.
(2) Le Plébiscite du huit-Mai venait de donner
une nouvelle gouvernementale à Napoléon III.
(3) Des barricades élevées par la police travestie
en ouvriers, pour faire croire à l'ordre sauvé,
avaient été remisées dans les magasins de
M. Richer, l'entrepreneur de vidanges.
(4) Juste deux mois après, jour par jour, l'Empire
déclarait la guerre à 1 Prusse et courait
s'effondrer dans la boue, le sang et la honte,
à Sedan.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie