DUC_3/DUC97
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
Deuxième Partie
(1870-1871)
Encore Pierre Bonarparte !
         Il a fui ! Pourquoi donc ?… Après tout, qu'il s'en aille, 12
         C'est un Bonaparte de moins. 8
         Son ombre salissait en passant la muraille, 12
         Qu'il rasait pour fuir les témoins. 8
5 Il sortait rarement si ce n'est quand la brume 12
         Étendait ses voiles malsains, 8
         A cette heure où s'en vont dans leur abject costume, 12
         Les grinches et les assassins. 8
         Ceux-ci le connaissaient. — Ils disaient : — « C'est un frère ! » 12
10 Ils ajoutaient : — « C'est un veinard ; 8
         Il est bien épaulé ; le bougre peut tout faire, 12
         Et se tirer du traquenard ; 8
         Son cousin — l'Empereur, — un des nôtres, encore ! 12
         Ferme les yeux sur ses bons tours, 8
15 Comme il a le bras long, il fait que tout s'ignore, 12
         On le fait acquitter à Tours ! » 8
         Il a fui ! — Pourquoi donc ? Lorsque Paris en armes 12
         S'apprête à chasser l'étranger ; 8
         Quand les mères en deuil même séchent leurs larmes, 12
20 Songeant aux morts qu'il faut venger ! 8
         Quand l'enfant transformé demandant la bataille, 12
         L'œil intrépide, front levé, 8
         Ajuste un grand fusil à sa petite taille, 12
         Et fait résonner le pavé ; 8
25 Quand la Patrie enfin, terrible, échevelée, 12
         Entonne : — « Aux armes ! Citoyens ! » 8
         Quand tous voudraient partir dans l'ardente mêlée, 12
         Broyer les insolents Prussiens ; 8
         Quand le péril est grand, quand c'est la mort peut-être 12
30 Qui sonne en France le tocsin, 8
         Infidèle à l'honneur, au devoir ! — Lâche, traître, 12
         Il fuit, monseigneur l'assassin ! 8
         Que craint-il ? Et pourquoi déserte-t-il la lutte, 12
         A l'heure où le pays combat ? 8
35 Ah ! C'est qu'il a déjà flairé, senti la chute, 12
         De l'Empire qui se débat ; 8
         L'Empire conspué, l'Empire impopulaire, 12
         Où son bras venait s'appuyer. 8
         Il a senti passer comme un vent de colère, 12
40 Le souvenir du 10dix janvier ! (1) 8
         Tuer dans un salon, derrière une broussaille, 12
         Rien de plus simple que cela. 8
         Mais se battre en plein jour, en ligne de bataille, 12
         On s'esquive comme à Zaatcha ! (2) 8
45 La fuite, n'est-ce pas le refuge suprême 12
         Des aventuriers sans pudeur ? 8
         Il a fui ?… C'est fort bien ! — Il s'est jugé lui-même : 12
         Vil assassin et déserteur ! 8
(1) C'est le 10 janvier 1870 que Pierre Bonaparte tua notre ami Victor Noir.
(2) Étant commandant au bataillon de la Légion étrangère, au mois de mars
1849, il demanda à permuter avec un chef de bataillon de l'armée
française. La permission n'étant pas accordée assez vite, à son gré,
il revint en France avant l'assaut de Zaatcha, auquel son bataillon
devait prendre part. Le général d'Hautpoul, ministre de la guerre,
le destitua pour avoir abandonné son poste devant l'ennemi.
L'Assemblée Législative approuva par un vote cette décision.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie