DUC_3/DUC98
Alexandre Ducros
Les Étrivières
1867-1885
Deuxième Partie
(1870-1871)
Le Maréchal Lebœuf
Ministre de la Guerre
         Tu n'échapperas pas au fouet de ma satire, 12
         Et mes vers te flagelleront. 8
         Comme avec un fer rouge, ô laquais de l'empire, 12
         L'ïambe marquera ton front. 8
5 Moi, l'enfant ignoré du peuple qu'on bafoue, 12
         Que trop longtemps on a meurtri, 8
         Je te prends au collet, moi seul, et je te cloue, 12
         Toi, maréchal, au pilori ! 8
         Allons, ne parle pas, ne bouge pas ; — écoute ! 12
10 D'autres, comme toi détestés, 8
         Attendent que mon vers leur sonne sur la route 12
         L'heure des dures vérités. 8
         Le Décret qui te fit Maréchal et Ministre 12
         Nous gardait des deuils infinis ! 8
15 Ton maître, en le signant, ton empereur sinistre, 12
         Voulait servir nos ennemis. 8
         Et si la France encor porte la tête haute, 12
         C'est que ses fils sont des héros, 8
         Qu'ils combattent quand même ! et ce n'est pas ta faute, 12
20 Si toujours flottent nos drapeaux ! 8
         Toi ! Maréchal de France ! un titre qu'on renomme ! 12
         Au fond de sa tombe accoudé, 8
         Turenne, s'indignant, a dit : — « Quel est cet homme ? » 12
         En te montrant au grand Condé. 8
25 Toi ! Maréchal de France ! un si glorieux grade, 12
         A toi, meneur de cotillons, 8
         Ministre courtisan : soldat de la parade, 12
         Dans les impériaux salons ! 8
         Ah ! vraiment, c'est bouffon à force d'être ignoble ! 12
30 Ternir ainsi, parodier 8
         Quelque chose de grand, quelque chose de noble ; 12
         Changer les lauriers en fumier ! 8
         Au raoût de la Cour, dire entre deux quadrilles, 12
         D'un ton superbe et triomphant : 8
35 Louis est ennuyé de recompter ses billes, 12
         Nous allons amuser l'enfant. 8
         De la guerre il n'a vu rien qu'un vain simulacre, 12
         Montrons au futur Souverain 8
         « Une bataille en règle. » — Et montrer un massacre 12
40 De notre armée au bord du Rhin ! 8
         Et nous comptions sur toi, le soldat intrépide, 12
         Car chaque goutte de ton sang 8
         Jalonnait le chemin glorieux et rapide, 12
         Où tu parvins au plus haut rang. 8
45 Mais tu fermas les yeux quand tu te vis au faite, 12
         Et, lorsque au bruit des instruments, 8
         Convives de la Cour, tu dirigeais la fête, 12
         Que t'importaient les Allemands, 8
         Et ce que l'on tramait à Berlin, — les manœuvres, 12
50 Où, dans sa stupide candeur, 8
         Pris dans les nœuds gluants des Germaines couleuvres, 12
         S'agitait notre ambassadeur ? (1) 8
         Puis, quand ton empereur comme un sot pris au piège 12
         Que le roi Teuton lui tendait, 8
55 Avec maître Ollivier, ministre au cœur de liège ; (2) 12
         Vous tous, que la honte attendait ; 8
         Vous dites au Pays : — « l'Allemagne démente, 12
         Insulte la France. — Demain, 8
         Pour courir châtier l'Allemagne insolente, 12
60 Nos soldats seront en chemin. » 8
         Et lorsque le Pays stupéfait vous demande : 12
         — « Pour la guerre, sommes-nous prêts ? » 8
         Cynique tu réponds : — « Oui, que nul n'appréhende 12
         Le repentir, ni les regrets ; 8
65 Nos arsenaux sont pleins de bonnes mitrailleuses 12
         Et de canons et de boulets ; 8
         De nos vieux régiments, phalanges glorieuses 12
         Tous les effectifs sont complets ; 8
         Il ne nous manque rien ; pas un grain de salpêtre ! 12
70 Nos magasins d'habillements 8
         Regorgent. — Sachez-le, — pas un bouton de guêtre 12
         Ne manque à nos équipements ! » 8
         Mensonge criminel ! — Criminelle démence 12
         Qui met le Pays en péril ! 8
75 A Wissembourg déjà le désastre commence, 12
         Hélas ! où s'arrêtera-t-il ? 8
         Pour te juger, les mots manquent à la parole. 12
         Allons, Maréchal… du « bouton », 8
         Viens là, — tourne le dos et que sur ton épaule, 12
80 La France brise ton Bâton ! 8
(1) M. Beneditte, notre ambassadeur alors à Berlin, se laissa berner et
jouer comme un enfant, comme un mais, par M. de Bismarck.
(2) Le lecteur comprendra l'ironie de cette expression en se rappelant
avec quel cynisme, M. Émile Ollivier, président du Conseil des
Ministres, déclara au Corps législatif, aux membres de la gauche
qui s'opposaient à la guerre, qu'il entreprenait cette guerre
avec un cœur léger !
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie