FRA_2/FRA19
Anatole France
IDYLLES ET LÉGENDES
1896
Le Captif
         Il est, non loin des tièdes syrtes 8
         Où bleuit la mer en repos, 8
         Un bois d’orangers et de myrtes 8
         Dont n’approchent point les troupeaux. 8
5 Là, sous l’ombre antique d’un arbre, 8
         Un satyre, ouvrage divin, 8
         Sourit dans sa gaine de marbre. 8
         Comme réjoui par le vin. 8
         Il a des oreilles aiguës 8
10 Que dresse un frémissement prompt ; 8
         De jeunes cornes invaincues 8
         Reluisent sur son mâle front ; 8
         On voit que ses larges narines 8
         Portent à ses heureux esprits 8
15 La fraîcheur des brises marines 8
         Et les parfums des bois fleuris ; 8
         Les coins soulevés de ses lèvres 8
         Rappellent le falerne bu ; 8
         Deux glandes, comme en ont les chèvres, 8
20 Pendent sous son menton barbu. 8
         Captif du socle pentélique, 8
         Languit un triste adolescent : 8
         Le dieu, de son regard oblique, 8
         Lui verse un rayon caressant. 8
25 Mais lui, l’enfant aux ailes blanches, 8
         Lève des yeux brillants de pleurs, 8
         À cause de ses molles hanches. 8
         De ses bras liés par des fleurs. 8
         Les larmes sur sa belle joue 8
30 Mouillent sa chevelure d’or. 8
         Parfois ses ailes qu’il secoue 8
         Méditent l’impossible essor. 8
         Et tant que le soleil éclaire 8
         Le bois chaste et silencieux, 8
35 Les fiers desseins et la colère 8
         Enflamment ses humides yeux. 8
         Mais quand vient l’ombre transparente 8
         Ramener les Nymphes en chœur, 8
         Il rit, et sa chaîne odorante 8
40 Enivre doucement son cœur. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie