GAU_2/GAU103
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
LA BONNE JOURNÉE
         Ce jour, je l'ai passé ployé sur mon pupitre, 12
         Sans jeter une fois l'œil à travers la vitre. 12
         Par Apollo ! cent vers ; je devrais être las, 12
         On le serait à moins ; mais je ne le suis pas ; 12
5 Je ne sais quelle joie intime et souveraine 12
         Me fait le regard vif et la face sereine, 12
         Comme après la rosée une petite fleur ; 12
         Mon front se lève en haut avec moins de pâleur ; 12
         Un sourire d'orgueil sur mes lèvres rayonne, 12
10 Et mon souffle pressé plus fortement résonne. 12
         J'ai rempli mon devoir comme un brave ouvrier. 12
         Rien ne m'a pu distraire ; en vain mon lévrier, 12
         Entre mes deux genoux posant sa longue tête, 12
         Semblait me dire :--En chasse ! en vain d'un air de fête 12
15 Le ciel tout bleu dardait, par le coin du carreau, 12
         Un filet de soleil jusque sur mon bureau ; 12
         Près de ma pipe, en vain, ma joyeuse bouteille 12
         M'étalait son gros ventre et souriait vermeille ; 12
         En vain ma bien-aimée, avec son beau sein nu, 12
20 Se penchait en riant de son rire ingénu ; 12
         Sur mon fauteuil gothique, et dans ma chevelure 12
         Répandait les parfums de son haleine pure. 12
         Sourd comme saint Antoine à la tentation, 12
         J'ai poursuivi mon œuvre avec religion ; 12
25 L'œuvre de mon amour qui mort me fera vivre, 12
         Et ma journée ajoute un feuillet à mon livre. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie