GAU_2/GAU105
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
VILLANELLE RHYTHMIQUE
         Quand viendra la saison nouvelle, 8
         Quand auront disparu les froids, 8
         Tous les deux, nous irons, ma belle, 8
         Pour cueillir le muguet au bois ; 8
5 Sous nos pieds égrenant les perles, 8
         Que l'on voit au matin trembler, 8
         Nous irons écouter les merles 8
         Siffler. 2
         Le printemps est venu, ma belle, 8
10 C'est le mois des amants béni, 8
         Et l'oiseau, satinant son aile, 8
         Dit des vers au rebord du nid. 8
         Oh ! viens donc sur le banc de mousse, 8
         Pour parler de nos beaux amours, 8
15 Et dis-moi de ta voix si douce : 8
         Toujours ! 2
         Loin, bien loin, égarant nos courses, 8
         Faisons fuir le lapin caché, 8
         Et le daim au miroir des sources 8
20 Admirant son grand bois penché ; 8
         Puis, chez nous, tout joyeux, tout aises, 8
         En panier, enlaçant nos doigts, 8
         Revenons rapportant des fraises 8
         Des bois. 2
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie